Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 14:38

03 bastia la cathedrale

 

Vendredi 30 aout Fontvielle

 

Ça y est le bateau est à l'eau

Malgré un vent déjà fort , la mise à l'eau a eu lieu sans problème; mais avec les amarres le bateau a été placé le long du quai sous le vent et il y avait trop de vent pour aller se mettre à la marina de la ville . Le mécano a vérifié le bon fonctionnement du moteur . Tout va bien , il est fier de l'alignement de l'arbre .

Compte tenu de la prévision météo , il n'est pas sur que nous puissions décoller du quai demain ;

mais nous avons bu le champagne avec les amis pour fêter le retour de Luliberine à l'eau .

 

Samedi 1 septembre Fontvielle

 

Le vent a soufflé très fort toute la journée 40 nœuds , selon la météo française ,selon la météo américaine 20 nœuds ; à voir les vagues sur le plan d'eau, météo france avait raison.

Alors nous avons essayé de ranger le bateau qui était chahuté par les vagues et cognait contre le quai . AM a été obligé de prendre un comprimé de «  mer calme » pour rester à l intérieur .

Après un déjeuner au restaurant à l'Entracte ( pas mal ) nous avons fait de grosses courses à Inter marché, hors courses de produits frais , pour 550 euros : nous devrions avoir assez de conserves pour 2 mois et un peu plus . Vu la difficulté de travailler à bord,le bateau est loin d'être rangé et encore moins lavé, car ce chantier est de loin le plus poussiéreux que nous ayons rencontré

Puis nous sommes retournés diner et dormir le soir chez les Lombard .

L'examen des diverses météos nous laisse perplexe : certaines prévoient une forte baisse du vent , d' autres prévoient un coup de vent dès dimanche soir jusqu'à mardi matin . Nous envisageons donc d' aller passer la nuit soit au Frioul , soit à Marseille .

 

Dimanche 2 vieux port de Marseille

 

Après avoir fait quelques courses de frais , nos amis nous ont emmené à la marina ; le vent était presque nul, ( la météo prévoyait 2 à 4 ) alors nous avons largué les amarres à 12H 30 pour Marseille ,bien que le rangement ait été loin d'être OK ( mais c'était cela ou passer une journée de plus à ce quai peu sympathique).

Le vent est resté faible pendant longtemps ce qui nous a permis de vérifier que nos voiles étaient mal grées et de réparer sur le champ nos erreurs ( génois enroulé à l'envers et un coulisseau à l'envers pour la GV : 12 mois à terre il faut se ré amariner ) . Nous avons pu faire 2h de voile .

Nous sommes arrivés vers 17H 30 après avoir essuyé une grosse pluie sans vent et avons eu quelques difficultés à trouver une place au vieux port de Marseille, les indications de la capitainerie étaient peu claires ( le capitaine désagréable nous a dit qu'il n 'avait eu personne au bout du téléphone qui était archi faux et qu'il n'y avait aucune place disponible compte tenu des régates, ce qui s 'est révélait très inexact ), finalement nous nous sommes arrêtés au quai d'accueil du CNTL ; et le gardien de nuit, très aimable, nous a dit que nous pouvions y rester pour la nuit au moins . En fait il semble qu'il n'y ait pas une seule marina du vieux port mais plusieurs petites indépendantes et sans lien entre elles . Le cadre du vieux port est très plaisant;l'entrée est flanquée de de remparts ,de vieux forts en pleine restauration et,est bien sur, dominé par notre dame de la garde!

 

Lundi 3

A 9 H nous avons été faire les formalités à la capitainerie du CNTL , aucun problème pour y rester 2 nuits . Il y a de la place à son ponton d'accueil Le temps est gris et pluvieux alors nous avons continué à ranger le bateau et à tout mettre en place . En début d 'après midi la pluie s'est calmée et nous avons été jeter un coup d 'œil à Marseille et à la cannebière . Nous n'avons fait qu'un petit tour mais la ville nous a semblé agréable avec beaucoup de rues piétonnes ou presque . La population est très colorée et les francophones aussi peu nombreux qu'à Paris . Nous avons fini la visite par l'église romane au-dessus de la marina , très bien .

 

Nb nous n avons pas vu le coup de vent prévu par la météo nationale

 

Mardi 4 Porquerolles

 

Ce matin nous nous sommes réveillés avec presque du soleil . Nous avons largué les amarres à 9H 30, direction l'est . Nous avons longé la cote des calanques au moteur ; c'est vraiment beau et nous sommes rentrés dans les calanques mouillables : sormiou , morguiou et envau : peu de bateaux à cette époque . Le vent est arrivé et nous avons pu mettre les voiles jusqu'à quelques milles de Porquerolles ou nous sommes rentrés dans un nuage de pluie . Nous avons donc fini cette étape avec les cirés sous une pluie allant de fine à grosse ; nous avons mouillé à l'anse madame devant une vingtaine de bateaux . Le paysage est breton : des collines basses avec des pins , le tout noyé dans la brume et la pluie !

Nb la météo avait annoncé du 2 à 4 d'ouest , nous en avons bénéficié 3 H .

Au moment de se coucher un orage éclate .,

 

jeudi 6 Bastia vieux port

 

Nous sommes partis hier sous un soleil voilé et un vent nul.

Pour le tourisme nous avons longé la cote nord de Porquerolles , puis nous sommes passés entre Port Cros et l 'ile du levant . Tous les mouillages étaient bien occupés . Nous avons mis le cap plein est vers le cap corse . Le vent s 'est doucement levé d' ouest ( prévision météo vent secteur nord 2 à 4 ) et nous avons navigué voile et moteur , il a fallu attendre 19 H 15 pour avoir suffisamment de vent pour avancer à la voile seule. Du coup nous avons rempli le réservoir de fuel avec nos bidons , ne connaissant ni la quantité de fuel , ni la consommation du nouveau moteur . Le soleil qui avait fini par triompher s'est couché mais sans rayon vert et la nuit ( notre 1° nuit en mer) s'est passée tranquillement , le moteur ayant du être remis en route à minuit . Nous avons croisé pas mal de ferrys .

Au matin grand beau temps ; le vent n'est venu qu'à l'arrivée au cap corse; juste pour le passer vent arrière ; puis sous le vent de la cote le vent est devenu quasi nul .01 le cap corse

Nous avons fini au moteur .

Pour le moment l'essentiel de la croisière se passe donc au moteur faute de vent !

Nous avons été au vieux port de Bastia , site très beau : c'est une petite anse dominée par la vieille ville construite sur de hautes collines ; le quai visiteur était peu occupé et le marinero du port nous a très gentiment accueilli . ( il a été moins sympa avec des italiens arrivés après nous;, mais ils n'étaient pas agréables )

Nous avons contacté le service Volvo pour la première visite de la garantie : ils viendront demain.

et nous nous sommes aperçus que l'installateur ne nous avait pas donné le carnet de garantie .

Puis nous sommes montés jusqu'à la citadelle par les petites rues et les escaliers ; la vieille ville a beaucoup de charme même si beaucoup d immeubles auraient besoin d'un coup de peinture .

Le soir diner chez Mémé , restaurant sur le bord de mer ; friture et rouget ou loup , service agréable et bonne nourriture , pour un prix raisonnable ( menu à 18, 5 ).

 

Vendredi 7 Bastia

 

La matinée a été occupée par la révision du moteur . Le mécanicien a eu un peu de mal a démonter les filtres à huile et à fuel, d'origine ils étaient très serrés et il y a peu de place ; il a resserré les boulons de fixation du moteur , ce qui doit se vérifier de temps à autres m' a t' il dit ; il m ' a dit aussi que si la batterie n'était pas chargée à 12 .6 , le moteur ne démarrait pas .

Dans l'après midi nous avons été acheté des masques de plongée(les nôtres sont restés à Draveil) assez loin au delà de la marina de Toga , puis nous avons acheté une belle quantité de livres dans une vraie librairie ( en Italie on aura du mal a trouver des livres français ) , puis fait quelques courses de frais au monoprix à coté de la place du marché . 02 bastia le vieux port

 

Samedi 8 septembre en mer

 

Ce matin douche et plein d 'eau , achat du journal et petit tour au marché ; à part la charcuterie toutes les boutiques sont tenues par des arabes y compris les bouchers qui vendent de la viande corse halal ; mais les pèches corses sont très bonnes , les premières depuis longtemps à avoir le goût et l 'odeur de pèche

Puis nous sommes partis par un vent quasi nul se mouiller devant la cote plate et boisée à 5 miles au sud de Bastia pour y passer l'après midi et prendre un bain ( enfin AM s 'est baignée mais pas moi)

Puis à 17 heures nous avons levé l'ancre et hissé la GV ( pour le principe car le vent apparent est strictement égal a la vitesse du bateau ) pour Giglio distant de 66 miles ; nous devrions y être en début de matinée

 

dimanche 9 septembre cala canelle Giglio

 

Nous sommes arrivés à 9H à Giglio après avoir pu faire un peu de voile à partir de 23 h , vent léger de 5 à 12 nœuds . Giglio est un grand caillou elliptique de 4 miles de long et haut de 480 M ,au sommet un vieux village Castello

L'ile est couverte de maquis avec de petits bois de pins sur les hauteurs et plantée d'un peu de vignes sur quelques terrasses , mais partout la pente est rude . Le petit port est situé sur la cote est ; l'entrée de la rade est balisée par la carcasse du Costa concordia qui est vraiment contre la cote: il y a moins de 100 m entre le bateau et les rochers , on voit sur son flanc à hauteur de la ligne de flottaison une déchirure dans la tôle , il est tourné vers le sud alors qu'il allait vers le nord , il a du s'éventrer sur les rochers qui débordent de 50 m la pointe sud est de la rade . De ce fait la rade n'est plus mouillable et nous avons été dans la crique juste au sud :la cala canelle . En ce dimanche matin il y avait une vingtaine de voiliers , il a été peu difficile de trouver une place car les fonds descendent très vite la zone 5 -15 mètres est étroite d 'autant qu' il est interdit de s'approcher de la plage ( bouées )

Nous avons flemmardé jusqu'à' après le déjeuner ou nous sommes partis en annexe au port .

Celui ci est rempli de pontons avec des petits bateaux à moteur , un seul voilier . La petite bourgade du port est très touristique avec de nombreux restaurants et des boutiques à souvenirs , des bateaux viennent du continent pour une excursion de la journée . Nous avons fait comme les touristes et avons pris le bus pour monter jusqu'au vieux village tout en haut d'un piton rocheux ( plus de 400 m de haut ) ; ce vieux village date des Aragonais ( l'Italie a connu une longue domination espagnole cf Charles quint et François 1° ) et il est resté intact à l'intérieur de son enceinte fortifiée ; compte tenu des pentes de l'ile il devait être difficile de monter avec une armure jusqu'au pied des murailles et le village n 'a pas du être attaqué ; il est donc pittoresque avec des ruelles étroites , des passages sous les maisons , de petites places et très peu de boutiques touristiques ou de restaurants; compte tenu du linge séchant aux fenêtres il est encore habité ; petit détail les plaques fermant les compteurs sur les murs sont décorées de tableaux du village . En bref ce village vaut le trajet en car , nous avons hésité à redescendre par un sentier, mais nous n'étions pas sûrs de ne pas avoir a faire une partie de la descente sur la route.

De retour au bateau ,AM s'est baignée dans une eau limpide. Le mouillage s'était vidé, mais d'autres bateaux sont arrivés dans la soirée de nous sommes en cette fin d'après midi une dizaine de bateaux .

Nous avons été étonnés que tous les bateaux entrent doucement dans la crique , un italien parlant français que je complimentais sur ce point , m'a dit que c'était à cause des contrôles fiscaux : la vitesse est surveillée et si les gardes interviennent , non seulement il y a une amende mais ils peuvent aussi déclencher un contrôle fiscal , ce qui paraît être le plus dissuasif , est ce une idée pour la vitesse des grosses voitures ?

 

Lundi en mer à 66 miles de Ponza

 

Le soleil et le vent viennent de se coucher , il ne reste que 7 nœuds de vent arrière insuffisant pour une navigation agréable la voile

Nous sommes partis ce matin avec une pétole totale , même pas un ride .En passant devant Gianuturi une petite île a 10 miles de Giglio nous avons été voir les mouillages de la cote est ; mais ces mouillages sont impraticables car trop profond : au moins 15 M à ras des cailloux , et le seul endroit à 10 m était pavé de cailloux , trop profond pour moi pour attacher un orin en cas de coincements de l'ancre : la seule petite crique avec des fonds possibles était pleine de coffres et devant un ensemble immobilier . Alors nous sommes repartis .

A 2 h du matin le vent s'est levé nord ouest et est monté jusqu'à 15 nœuds ; cela a donc été une navigation agréable , avec pour fond musical Eddy et Françoise Hardy ; ah nostalgie des chanteurs à texte.

Le vent s est ensuite doucement éteint avec le jour .

Nous avons diné sous voile d'une boite de cassoulet et puis moteur a mi régime pour arriver à Ponza en milieu de matinée .

 

Mardi Ponza mouillage de la cala inferno

 

La nuit s'est passée sans problème , j'ai eu la chance d'être accompagné par les dauphins une dizaine de minutes ; bien sur je ne les voyaient pas mais j'entendais leur respiration et quelques fois leur s éclaboussures .

A 9H nous sommes entrés dans la grande baie de Ponza , ile volcanique : très beau spectacle de hautes falaises de lave blanche ,jaune ,ocre ou grise sur une mer d'un bleu profond. Nous avons longé la côte jusqu'à la rade du port ; contrairement aux instructions il y a des bateaux mouillés et plein de pontons libres mais le cout est paraît il de 10 euros le mètre , alors nous avons mouillé dans la baie juste au nord , devant une belle plage . Le mouillage est très grand et les fonds corrects ,au fond du mouillage une grande plage de sable assez fréquentée:les bateaux à moteur et les voiliers sont nombreux mais peu gênants vu la taille du mouillage. Nous avons pris l'annexe pour aller visiter la petite ville c'est un empilement de maisons multicolores dans les ton pastel étagées le long des falaises, certaines maisons sont peut être a moitié troglodytes . Le port a un long quai archi plein de bateaux locaux : bateaux de pêche et bateaux de promenade qui sont en cette saison pour la plus part entassés dans un coin ; heureusement pour notre tranquillité au mouillage . Un lacis de ruelles et d'escaliers parcourent le village , c'est sympa et pas trop touristique , dés que l'on quitte le bord de mer .Nous avons fait quelques appros de frais : pain , fruits et viande . puis nous sommes rentrés déjeuner au bateau . Après le repas nous avons changé de mouillage pour aller a la cala del inferno , plus jolie et plus sauvage au pied de falaises blanches.

Dans l'après midi le vent est monté heureusement d'ouest et on l'entend souffler, mais la mer est totalement plate , est ce la fin de la pétole, la météo italienne ne le prévoyait pas .

Nous verrons demain . A notre grande surprise, le mouillage s 'est entièrement vidé vers 18H (les bateaux rentrant au port) et nous avons passé la nuit ,seuls, dans ce magnifique décor

 

NB Ponza est une arête de cratère de volcan disparu , c'est donc une ile allongée et étroite, peu propice à l'agriculture à l'exception de quelques vignes . Depuis l'empire romain c'est une ile de vacances; durant les périodes troubles elle a perdu cette vocation retrouvée aujourd'hui' hui ; il est vrai que les cotes sont magnifiques avec de belles plages de sable au pied de falaises .

 

Mercredi Ventotene marina du vieux port

 

Et bien , le temps est resté le même grand beau et pétole. Nous sommes donc repartis au moteur , il était temps les premiers bateaux ressortaient du port pour venir se mouiller dans un joli cadre ; nous avions passé la soirée en solitaire

Arrivés à Ventotène nous sommes passés devant un mouillage repéré sur la carte , mais il est devenu interdit , interdiction matérialisée par une double rangée de bouées qui protègent une jolie plage de sable noir ; puis nous sommes arrivés devant le vieux port réputé quasi inaccessible, compte tenu de sa petite taille : la petite ville vue de la mer ne nous a pas enthousiasmé , nous hésitions à repartir quand un zodiac est venu nous proposer une place au vieux port . Alors nous avons accepté pour le plaisir de mouiller dans le port romain, taillé dans la lave pour abriter les galères de Néron .

Ce vieux port est bien aménagé et il y a de la place pour une trentaine de voiliers amarrés avec des pendilles . Il y a l'électricité et de l'eau , mais pas de sanitaires .

Après le déjeuner nous avons fait une petite balade , d'abord pour aller voir le nouveau port , en fait une grande baie fermée par une digue avec quelques petites marinas privées. C'est sans charme et presque vide à cette époque . Puis nous avons fait un tour en ville , qui est bien entretenue avec des maisons bien peintes de couleur vive respirant l'aisance mais c'est tout petit et le tour est vite fait .

J'ai tenté d 'aller lire les mails mais gmail ne l'a pas voulu : comme j'étais sur un poste italien , pour être sur que c'était moi qui utilisait mon compte il m'a demandé mon code secret ( qui n'est pas mon surnom ) ; je l'avais bien sur oublié après 10 ans sans l'utiliser .

Le port s'est rempli doucement et nous sommes ce soir une dizaine de voiliers , principalement des charters italiens . Notre voisin , un bénéteau 43 a un curieux équipage : un skipper italien sympa et deux très jeunes anglophones .

Le grand port n 'est pas spécialement beau et le ressac entre avec un vent d'ouest ;

cout du vieux port : 50 euros en liquide sans papier ni facture

 

jeudi 13 marina de Procida

 

Dans la nuit le temps a changé et il a plu ; au matin le vent soufflait fort d'ouest et la mer était blanche ; Nous étions très bien protégés dans le vieux port .

J'ai été prendre un fichier météo ugrib au cybercafé : selon ugrib nous sommes au centre d'une dépression qui génère des vents forts sur la Sardaigne et la corse, mais pas sur la cote italienne

une météo italienne locale confirme un vent faible d'ouest .

Alors nous décidons de partir , car avec ce temps il n'y a pas grand chose à faire à Ventoténe .

A 11 H, après un grain qui fait que les escaliers descendant sur le quai se transforment en cascade , nous partons avec gv arrisée et un bout de génois car nous sommes quasi vent arrière ; la houle est grosse.

Sorti du port et de l'abri des falaises le navtex fonctionne et nous donne une prévision de force 7 sur toute la Thyrénienne , y compris notre zone Mais nous avons 15 nœuds de vent et avançons bien.

3 autres voiliers partiront derrière nous . Peu à peu le vent tombe et nous finirons au moteur . Nous passons entre Ischia et Procida ; le vent tombe complètement la houle d'ouest s'apaise et un léger vent d'est s'établit avec une houle associée. Ischia est une grande montagne ( 800 m de haut ) entourée par une ceinture de villas et de villages ; le long de la cote nord il y beaucoup de marinas qui semblent presque vides . Le plus pittoresque semble être le mouillage du château aragonais bati un pic rocheux devant un petit village côté est , il y a 4 bateaux mais la petite houle d'est nous fait hésiter et décidons d'aller au port.

Nous longeons Procida et arrivons devant sa pointe sud est : c'est un spectacle magnifique avec une forteresse en haut d'un piton et des églises sur le sommet d'une colline abrupte dominant la mer , un village coloré à ses pieds . Le temps ne nous incite pas au mouillage et nous allons à la marina ; il y beaucoup de bateaux mais aussi pas mal de places libres et nous prenons une place entre 2 moody 47 ; la taille moyenne des bateaux est maintenant supérieure à 40 pieds .

Il est 18 H ; comme il ne pleut nous partons faire une petite visite de la ville étagée sur la colline; c'est une vraie ville avec des immeubles de couleur vive, des rues étroites juste de la largeur d'une voiture et il faut se mettre dans une encoignure quand il passe une , des escaliers, des passages sous les maisons; c'est très bien .Les rues sont animées avec des commerces ; il y a aussi 2 églises au moins dont deux sont pleines pour une messe; Cette ville nous plait bien , La nuit tombe et nous décidons d'aller au restaurant , nous en choisissons un (il cantinone)dans une rue derrière l'église du port et nous y mangeons de la bonne cuisine dont une délicieuse salade de poulpes et des aubergines grillés très bonnes , nos fritures sont bonnes sans plus ( prix avec un café 40euros à deux )

 

vendredi marina de Procida

 

Le temps reste mauvais , vent d'est pas très fort susceptible de monter et beaucoup de nuages et de grains .

Suivant les conseils de notre voisin français( Cassiopée 5 ) nous décidons de rester à Procida et de visiter Naples à partir de la marina ; nous prendrons demain un bateau qui nous mènera au centre de Naples en 50MN et la marina nous fait moitié prix : 71 euros pour 2 nuits ; lui aussi nous conseille de visiter Naples à partir de sa marina .

Donc bénéficiant en début de matinée d'une absence de pluie nous repartons visiter la ville et en particulier la ville haute, Terra Amata . Dans l'enceinte de hauts murs , perchée sur le piton, il y a une petite bourgade avec une belle église de saint Michel , toute décorée et avec un magnifique plafond a caisson . De là, nous avons un magnifique panorama sur la baie de Naples ou plutôt son entrée car le fonds de la baie est dans la brume ,et je ne sais pas si nous voyons le Vésuve .

Puis nous redescendons sur la marina de Coricella , petit port de pèche protégé par des brise-lames .

C'est le style habituel avec un quai et des maisons hautes et colorées jaune,rose,bleu... le long de ce quai . Il y a aussi des restaurants , nous en choisissons un ou nous mangeons pas mal .

Nous repartons pour aller visiter l'île vers le sud, mais la pluie se met à tomber fort et nous rentrons à bord .

Partager cet article
Repost0

commentaires