Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 15:21

BULLETIN N 3

Lundi 8 juin mouillage de cam limani, île de Heybaladia ( 11 miles )

Le vent est tombé et la pluie tombe , un peu de crachin breton pour un mouillage qui pourrait etre lui aussi breton : une vaste baie circulaire avec des collines couvertes de pin . Il y a hélas une espèce de piscine dans le coin est et un hôtel sur la cote nord .Nous sommes dans le coin ouest qui n'est pas très propre. Mais peu importe nous sommes enfin à un mouillage calme , sans un bruit .

La capitaine n'a pas voulu remonter le Bosphore sous la pluie en espérant que le soleil revienne demain .

Dans la soirée 3 bateaux sont arrivés , dont 2 français .

Mardi 9 juin mouillage dans le port de Poyraz ( 32 miles )

Poyraz est à la sortie du Bosphore coté asiatique

La devise de la journée : il suffit de passer le futur pont et c'est presque l'aventure : la mer noire est bleue !

Mais reprenons au début ; départ sous un temps brumeux avec une visibilité n'excédant pas 3 miles .

Heureusement en arrivant à l'entrée du Bosphore , un rayon de soleil a illuminé la mosquée bleue et Ste Sophie .Cette arrivée sur Istanbul par la mer est magique ,surement la meilleure façade de découvrir cette ville La remontée du Bosphore a commencé , un peu éprouvante au niveau de la corne d'or avec un grand nombre de ferries , hydroglisseurs , bateaux de visite et autres vapur aux trajectoires peu prévisibles , circulant à grande vitesse et causant un énorme clapot .

Les cargos montant suivaient leur rails , loin de nous , conformément aux instructions nautiques nous longions la cote européenne . Ils étaient nombreux tous descendants et pendant les 3H 30 de notre remontée nous n'avons vu que des cargos descendants et aucun montant, ; en gros un bateau toutes les 5 mn .

A partir du palais de Dolmabahce il n'y avait plus que les bateaux de visite , serrant la rive : règle de priorité : les plus rapides et les plus gros d' abord .

Les 2 rives sont très bâties , coté européen la rive est bétonnée tout du long avec une espèce de quai.

A partir du pont de Galata , les maisons commencent à être mignonnes surtout dans un style turco- nouille avec de temps en temps un palais toujours dans le style roccoco. Nous sommes passés devant des petites baies avec des bateaux mouillés , il y notamment une vraie marina à Togabac avec un appel vhf et des places libres .

Nous sommes repassés coté asiatique après cette marina , les rives deviennent un peu moins urbanisées .

Finalement nous sommes arrivés à la sortie du Bosphore ou un pont suspendu est en construction ( nous n' avons vu aucun ouvrier ) et juste après le petit port de Poyraz .

Il est plein de petits et moyens bateaux de pêche , et comme ils sont tous sur corps morts nous avons préféré mouiller dans la baie à l'entrée du port. Le site est joli : une petite plage de sable avec des restaurants en bordure , une falaise dominant le port et une mosquée avec un minaret coloré. Nous sommes montés jusqu'aux premières maisons et surtout sur un belvédère ou sont regroupés des cafés à l'ombre de tilleuls : nous avons pris un thé en regardant le détroit : plus de bateaux descendants , mais quelques bateaux montants .

Les petites épiceries n ' ont que peu à offrir .

Et nous sommes redescendus au bateau pour profiter du calme de la soirée .

NB nous avons fait 32 miles sur l'eau , mais seulement 22 miles sur le fond , le courant expliquant la différence : les 11miles du Bosphore comptent double ! Il nous a fallu 3H30 pour aller de la mosquée bleue à Poyraz .

poyraz mosquée bleue pont de l'europe villas pecheur
poyraz mosquée bleue pont de l'europe villas pecheur
poyraz mosquée bleue pont de l'europe villas pecheur
poyraz mosquée bleue pont de l'europe villas pecheur
poyraz mosquée bleue pont de l'europe villas pecheur

poyraz mosquée bleue pont de l'europe villas pecheur

Mercredi 10 juin a quai , alongside, de Sile ( 22 miles )

Le beau temps revenu a un inconvénient : les nuits sont fraîches et le duvet est de rigueur , mais nous ne nous plaignons car avec le peu de vent dans la journée nous n'avons pas froid .

Nous avons fait les 2/3 de la route au moteur et le reste grand largue 9 nœuds .

La cote est belle avec des falaises noires ( probablement volcaniques , car il y a par endroits des orgues basaltiques ) et une végétation dense et très verte . Ces falaises sont entrecoupées de plages de sable . Pour le moment il n'y a encore que quelques villas , résidences secondaires , éparpillées sur les collines et un seul grand hôtel hideux .L'eau aujourd’hui était plutôt vert bronze .

Nous n'avons vu que 2 bateaux de pêche , il est vrai que la grande pêche est fermée pour 3 mois .

Vu du large Sile fait grande ville ; elle est bâtie au dessus d'une falaise à pic , avec de petits immeubles mais elle s'est aussi étendue sur les collines de l'arrière pays . Le vaste port est loin d'être plein et le quai nord était presque vide quand nous sommes arrivés , il l'est toujours . Au total il y a 8 grands chalutiers et des petites barques .

Nous avons fait un tour en ville qui est moderne . La rue commerçante est pleine de petites boutiques : tekstil, kouafor, minimarket, boucherie, glacier , mobile et évidement beaucoup de restaurants et de distributeurs de billets mais nous n' avons pas trouvé de fruits , seulement un peu de légumes et d'épicerie. Leur coût est assez bas :oignons : 1.25 /KG , tomates 2.49 /KG , 380G de confitures 3.24 , 5OOg de thé 11.45 , 400G d'olives 3.65 , prix à diviser par 3 pour l'avoir en euros et 1KG de côtelettes d'agneau pour 60 TL.

Au pied de la ville, des plages sont aménagées et Sile devient une station balnéaire : la plupart des jeunes filles ,ici, ne sont pas voilées et même assez déshabillées .

Ce soir dîner au restaurant Babaoglu , un petit restaurant flottant le long du quai sur le port: poisson , salade ,chachouka , poisson frit et calamars très bons , 60 tl.

Nb ce matin aucun trafic dans le détroit !

MER NOIRE de Istanbul à Sinop

Jeudi 11 juin mouillé dans le port de Keften ( 30 miles )

Le vent n'a pas voulu se lever et est resté d'ouest 6 nœuds ; par 2 fois nous avons envoyé les voiles lors de violentes rafales à 8 nœuds , mais elles n'ont pas duré et c'est donc au moteur que nous avons avancé vers l'est .

Quelques miles après Sile , la cote devient belle et curieuse ; ce sont des falaises probablement calcaires , curieusement érodées , faisant tantôt des pains de sucre , tantôt des sortes de dalles de béton très lisses. Nous avons essayé le mouillage de Bozgaca Iskeli , joli mais la faible houle de nord ( de l'ordre de la dizaine de cms ) suffisait à le rendre très peu agréable. Nous sommes donc repartis et avons trouvé une très belle baie , derrière un promontoire hérissé d'aiguilles . La houle ne rentrait pas et nous y avons déjeuner après une ballade en annexe et un bain d'AM ( le 1° dans une eau à 21)° .

Nous avons longé la côte de près pour admirer ces falaises si étranges jusqu'à un nouveau port très grand et sans aucun village en arrière plan .

Sur la cote des falaises se succèdent,entrecoupées de nombreuses baies avec des plages de sable , hélas pour nous toutes ouvertes au nord et à la houle .

Nous sommes donc arrivés au petit port de Keften . Surprise il est entièrement plein de bateaux de pèche, certains désarmés ,les plus gros mais d'autres sortent encore . On aurait peut être pu se mettre à couple en 5 ème position ,nous avons préféré mouiller dans le port , il y a juste la place .

Les maisons autour sont des villas modernes et ne nous donnent pas envie de descendre à terre .

PS nautique

La baie sans nom est à 41 08 45 N 29 52 45 E

Il y a un rocher bas isole par 41 08 9 N 30 08 7 E

MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop

vendredi 12 juin au ponton du club de voile d'Eregli (53 miles )

Journée paisible au moteur , appuyé pendant 2 h par un vent de 8 nœuds grand largue . Un moment remarquable lorsque une dizaine de dauphins sont venus jouer autour de l'étrave pendant une vingtaine de minutes .

Notre consommation de fuel augmente et heureusement à Eregli , il y a une station de diesel pour les bateaux ; après avoir fait le plein , nous avons été mouillé cul au ponton du club de voile entre 2 bateaux locaux . Nous avons fait le plein d'eau , puis un complément de courses à un super market à moins de 100 m .

Ensuite nous avons nous promener sur la très belle promenade de bord de mer . Comme Sile la ville est batie sur une colline en retrait du bord de mer laissant un espace d'une centaine de mètres , ou est tracée cette belle promenade .Il y a des pelouses , des bars , des petits restaurants et boutiques à moules . Beaucoup de gens se promènent ou pique-niquent , avec moité moitie de filles à l'européenne et d'autres avec des voiles colorés , pas « de fantômes » . Nous avons été jusqu’à un bateau musée, héros de la guerre d'indépendance de 1920 , ou il a remporté une bataille navale contre les français qui occupaient le littoral de la mer noire. Eregli a lutté victorieusement contre les français et a signé le premier traité de la nouvelle Turquie .

Eregli nous plait bien .

Nous avons dîné à un restaurant dominant le port de pêche : 2 plats de poissons ( fritures de petits rougets et une belle dorade ) et une salade pour 50 tl !!

MER NOIRE de Istanbul à Sinop

Samedi 13 juin mouillé dans le port de Fylios ( 41 39 9N 32 01 3 E ) (36 miles )

Enfin une belle journée ensoleillée une fois les brumes matinales dissipées .

Nous avons longé une très belle côte pendant environ 15 miles jusqu'à le conurbation de Zonguldak. La côte est très escarpée avec de hautes collines couvertes de végétation qui tombe très pentues dans la mer . La cote est assez rectiligne avec deux belles baies malheureusement ouvertes au nord et à la houle . Elle est déserte excepté de deux anciennes mines de charbon arrêtées depuis longtemps . Cette partie se termine par un nouveau port qui paraît immense, quasi vide et sans aucun arrière pays .

Ensuite c'est une succession de villes , pas laides , avec des ports pour cargos , jusqu'à la centrale électrique de Dogancilar , avec ses quais ou deux cargos déchargeaient du charbon . Au pied de la ville de Kozlu , il y a une petite mine de charbons à ciel ouvert , juste en bord de mer . Avant la centrale il y a un nouveau port très bien protégé ( je n'ai pas vu l'entrée ! ) , un mat d'un voilier était visible .

Puis la coté est plus basse , avec des cultures . Nous arrivons ainsi à Fylios , petite station balnéaire en devenir car doté de 3 kms de plage de sable . A u milieu a été construit une grande rade entourée de jetées énormes . Cette rade est parfaitement protégée . Nous sommes mouillés au milieu voulant un peu de calme car les quais ont une certaine agitation due au départ de petites barques qui vont pêcher à la ligne . La vieille ville ( pas très ancienne ) est bâtie sur la partie basse avant les collines ou il y des immeubles neufs . L'ensemble n'est pas laid . Au nord le cap est dominé par une muraille reconstruite qui entoure l 'ancienne acropole de la ville grecque de Teos . Pour aller voir les ruines nous avons marché le long de la belle promenade en devenir au bord de plage ; elle mène au pied de la colline mais il n'y a pas de route , à partir de là, montant à l'acropole .

MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop

Dimanche 14 juin au ponton d'Amasra ( 24miles )

Enfin une belle journée d'été avec un ciel bleu et un bon soleil qui nous chauffait ; mais évidement pas un souffle .

Nous sommes partis en longeant la côte . Au début du premier golfe au débouché d'un grand fleuve , nous avons vu un phénomène curieux : d'un seul coup l'eau vert foncé est devenu marron chargée de limon apporté par une rivière , la frontière était nette . Cette zone marron s'est prolongée sur au moins 2miles , vers la fin le bateau laissait un sillage d'eau verte au milieu de l'eau marron . Après ce delta la côte s'infléchit vers le nord avec 2 belles baies bien protégées du nord est et assez bien de la houle de nord , surtout la deuxième qui est magnifique:coté droit ce sont de hautes falaises de basalte et au fond en demi cercle, face au sud , des cultures et un petit village enfoui dans la verdure . ( 41 38 N 32 10 E ) .Nous avons continué jusqu'à un grand port de minerai , à l'embouchure d'une petite rivière que nous avons remonté pendant 1.5 mile ; on nous en avait dit le plus grand bien , mais elle ne nous a pas inspiré et nous sommes repartis vers Amasra . En chemin nous avons mouillé dans une belle baie , à coté de l'entrée d'un nouveau port ; celui ci est très grand et doit donner une protection totale ; il n'y a aucun village à coté , il est presque vide , à part des baigneurs . Le site est beau . ( 41 43 5 N 32 20 5 E ). Nous nous sommes baignés , l'eau ayant atteint les 25 ° nécessaires .

Puis nous sommes repartis vers Amasra , coté ouest, la petite ville apparaît entre une grosse ile et une cote abrupte . Elle est perchée un peu comme un village croate .

Passé cet îlot relié à la terre par un pont de pierre , c'est le port et on découvre la ville moderne sur les collines face à l'ouest .

Nous nous sommes mis à un ponton , seul problème il est fermé par une porte cadenassée ; heureusement un monsieur nous a vu et a appelé quelqu'un pour nous ouvrir . Il a dit qu'il fallait laisser la porte ouverte mais quand nous sommes revenus de notre promenade , la porte était de nouveau fermée . Un autre gardien est venu et a tout simplement fait avec une ficelle un nœud !

La ville est une station touristique avec beaucoup de gens en promenade, dans le port il y a une plage avec des baigneurs . La ville ancienne n'est pas jolie , mais les immeubles modernes sont soignés , les architectes français devraient venir prendre de leçons en Turquie ! Il y a beaucoup de restaurants et de boutiques de souvenirs . Évidement l'office de tourisme ne parle pas anglais et nous ne savons pas bien comment aller à Safranbolu , une ville de l'intérieur très jolie paraît il ou nous avions l'intention d'aller en voiture (à plus de 100 kms).

Nous avons dîne au restaurant Turquaz , sur une belle terrasse donnant sur l'ouest et une belle crique;c'était bon et calme , bonne soirée pour 100TL ;; et oui c'est une ville touristique donc chère .

MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop

Lundi 15 juin à quai dans le port de Kurasile ( 17 miles )

Encore une belle journée avec un vrai ciel bleu et une mer sans rides , mais avec une légère houle .

Après quelques courses de frais ( la boutique d’alcool était encore fermée à 9 h ) nous sommes repartis au moteur , en longeant de prés la coté absolument magnifique : des pentes abruptes de roches rouges, couvertes de végétation vert foncé, avec un ciel bleu et une mer vert sombre .

La cote présente quelques baies , mais toutes ouvertes au nord ; nous avons noté une belle plage au 41 49 N 32 37 E , et nous nous sommes arrêtés pour le midi dans une autre baie avec quelques maisons et une barque de pêche , qui ne roulait pas trop .

Après le repas , pendant qu'AM se baignait je suis monté jusqu'à la route pour avoir une vue d'ensemble . Le chemin passe au milieu de champs de noisetiers ( la Turquie est le premier producteur mondial de noisettes ) , et pour redescendre j ai pris un raccourci , joli sentier , qui hélas ne pas ramené à la plage . On est vraiment au bout du monde .

Nous sommes repartis et nous avons fait un bref tour dans le port d'Ovakoy , tout petit et encombre ; nous avons préféré continuer jusqu'à Kurasile , dont le port est vaste et peu peuplé .En fait , c'est plus une vaste rade fermée par des jetées et des quais avec une plage dans le fond

Le village fait penser à une station balnéaire des années 50 , avec des immeubles en béton , un peu défraîchis . Il y a peu de monde : une vingtaine de personnes sur la plage .Il y a pas mal de commerce , des bazars en bazar , des vêtements à la mode d'il y a quelques années , des mini markets . Autour du port il y a des charpentiers de marine qui font des bateaux en bois , et d

MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop

Mardi 16 juin à quai dans le port de Cide ( 13 miles )

Le grand beau temps continue .

A l'est de Kuracasile la côte continue à être magnifique jusqu'à la baie de Gaidaros , réputée comme étant un des rares mouillages de la côte . Nous ne pouvons juger de ce qu'elle donne avec du vent , mais une très faible houle de nord et un léger vent de nord est ( jusqu'à 8 nœuds ) elle était parfaitement calme . La baie est splendide au pied d'une montagne couverte d'une belle foret aux multiples essences : pins , châtaigniers , chênes , noisetiers , charmes , etc . De chaque coté de la baie il y a un restaurant ; après un bain nous avons choisi celui de l'ouest avec une terrasse sous les treilles . 2 bateaux de pêche y étaient amarrés . Sur l'un d'eux il y avait un turc parlant anglais , c’était un monsieur d'Ankara venu passer une semaine sur un bateau pour pêcher le "seabass " , un gros poissons pouvant atteindre un mètre et sportif à pécher . Malheureusement pour lui les eaux à cette saison étaient un peu chaudes pour le seabass qui se réfugiait au fond .Il nous a servi d’interprète pour commander notre repas : salade turque et plats de barbun et d'iztarsit , petits poissons de' une dizaine de cms frits : délicieux ! ( 81 TL ) .

Nous nous sommes baignés , puis nous sommes repartis . Entre temps le restaurant de l'est qui nous paraissait fermé avait trouver des clients pour 2 tables.

Après cette baie la cote forme un grand golfe avec une longue plage ; dans le coin nord est il y a la ville de Cide qui s'étale le long du front de mer . Le port n'est qu’une vaste rade sans quai si ce n'est deux petits bout , l'un est occupé par des bateaux de pêche de moyenne taille, l’autre par un bateau de croisière à l'abandon;nous nous sommes glissés dans un petit emplacement alongside . L'environnement est laid , une vaste zone de friche et de débarras divers , les routes ne sont pas goudronnées et chaque voiture souleve un nuage de poussière .L' endroit étant totalement abrité du vent il faisait chaud , alors nous sommes partis voir la ville . Elle est très décevante ; c'est une ville en damier avec des immeubles modernes pas mal , mais nous n'avons pas trouvé de centre , les rues sont vides à part quelques voitures . Il y a de temps à autre des petites épiceries . Il y a très peu de restaurants ou de cafés , contrairement à tout ce que nous avions vu précédemment . Bref une ville morte , sans intérêt , et la rade n'est pas belle avec un environnement peu engageant et une eau glauque . Nous l'éviterons au retour

Mercredi 17 juin mouillage dans le port de Doganyurt ( 25 miles )

Le temps a changé et après un peu de pluie orageuse dans la nuit , le vent a tourne à l'ouest force 3 : '4 . Nous sommes partis après avoir changé la pompe d'eau douce , la précédente ne marchant plus après seulement un mois d'utilisation et quelques 500 l d'eau pompés seulement !

Le vent nous a permis de faire enfin de la voile , quasi vent arrière . Vers midi nous avons rattrapé un orage qui faisait lever le vent et la mer . Devant nous il tonnait ; nous nous sommes donc arretés au port de Doganyurt . Celui ci forme une petite rade avec une plage et un petit quai entouré de grosses jetées .Après la grosse mer , c'était le calme . Le vent portant au quai par rafales , nous avons mouillé au milieu de la rade ; et nous avons pu savourer un bœuf bourguignon au vin blanc (faute de rouge) cuit pendant la marche .

Nous sommes descendus marcher un peu ; le village est à l'embouchure d'une rivière qui a creusé une profonde vallée . C'est une bourgade composée d'une trentaine d'immeubles de 5 à 7 étages , manifestement les turcs n'aiment pas les villas . Il y pas mal de commerce:épiceries drogueries et même une boutique de vêtements avec une belle robe de mariée très décolletée .Pour une fois les gens disent bonjour , mais leur anglais se limitent à welcome . Nous avons suivi la route le long de la rivière pendant un peu plus d'un km . Le fond de vallée ( 400m de large ) est cultivé , principalement de mais , de noisetiers et de figuiers. Les flancs de montagne sont couvert de forets avec pas mal de châtaigniers en fleurs et de pins .Il y a encore quelques vieilles maisons en bois , mais elles ne sont pas en bon état . C'est donc une escale bien sympathique .

MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop

Jeudi 18 juin mouillé dans le port de Gemiciler ( 18 miles)

Le vent est retombé et les nuages aussi : les crêtes des collines ne sont plus visibles tellement le plafond est bas . Après un démarrage vent arrière il a fallu remettre le moteur . Nous avons fait un petit tour dans le port d'Inebolu ( grand port industriel ) qui ne nous a pas plu et nous avons été jusqu'au port de Gemiciler, situé dans un environnement sympa : un débouché de vallée avec des petits immeubles répartis un peu partout au milieu de la verdure . C'est encore une grande rade avec un petit quai ou 2 chalutiers sont amarrés , il y a très peu de canots . Nous avons mouillé au milieu de la rade .

Nous avons fait une petite promenade : le centre du village est tout petit , avec 3 épiceries , 2 boucheries et deux bazars ; mais le village fait mort : personne dans les rues , pas de troquet , un restaurant avec seulement des tables . Et pourtant il y beaucoup de petits immeubles dans le fond de vallée ou sur les pentes . Et il n'y a aucune activité dans le port , nous étions pourtant bien habitués au pétarade des moteurs . Seuls les muezzins des différentes mosquées rompent le silence .

MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop
MER NOIRE de Istanbul à Sinop

Vendredi 19 juin mouillé dans la rade de Chayhoglu ( 28 miles )

Enfin une belle étape à la voile . Aprés une nuit étoilée nous avons été reveillés par une petite pluie .Puis le ciel est devenu partiellement bleu et nous sommes partis au moteur mais vite le vent d'ouest a forci pour monter à 12 nœuds . Nous avons envoyé les voiles, ultérieurement il est monté jusqu'à 22 nœuds sous un ciel toujours bleu ,si bien que nous avons pris un 2° ris . La côte est moins haute que plus à l'ouest ; ce sont des collines avec des maisons ( petits immeubles ) à mi pente , peu de traces de culture. Nous sommes passés devant de nombreux petits ports , les uns ouverts à l'ouest les autres à l'est : suivant le temps on a le choix ! Malgré ce grand nombre de rades quasi vides, les turcs en construisent encore et à l'est de Turkelli , il y a 2 ports non signalés dans le guide . Dans chaque bourgade, une ,deux ou trois mosquées se dressent au dessus des maisons

A l'arrivée à notre rade le temps s'est couvert et le vent a faibli. Le site est très beau , c'est une anse fermée par deux très grandes jetées , entourée de hautes pentes très boisées, au débouché d'une petite vallée peu construite. Il y a une mosquée et des hauts parleurs ou de temps à autre une voix féminine cause . Au moment ou nous allions marcher un peu l'orage a commencé et il pleut à torrent. Dommage , notre balade au village est remis à plus tard !

PS il a plu toute l'après midi , nous verrons au retour .

Samedi 20 juin mouillage d'Aklimani ( 30 miles )

Après une nuit claire , une petite pluie vers 6h , nous avons eu un temps alternant nuage et soleil .

Nous avons pu envoyer les voiles et avons été grand largue en suivant la côte en fonction du vent presque arrière . La cote très abrupte , baisse à partir de la petite ville d'Ayancik . Ce sont des collines mi boisées mi prairies , et curieusement alors que cela donne l'impression d’être cultivé , il n'y a plus que de rares et minuscules villages . A l'arrivée au cap Ince Burun , le point nord de notre voyage le vent a forci à près de 20 nœuds . Nous avons fait un tour dans une crique minuscule, ressemblant à une anse dans un ria breton , avec une dense foret de pins sur les rives ; mais le vent s'engouffrait dans ce vallon et nous avons préféré aller au grand mouillage suivant , espérant trouver un abri du vent , avec le vent d'ouest la mer est plate . Espoir un déçu , car le vent souffle encore fort , enlevant toute envie de baignade , d'autant que les nuages sont nombreux .

Ps nautique nous n'avons pas vu le port d 'Ayancik en passant pourtant prés de côtes.

Dimanche 21 juin a quai à Sinope ( 12 miles )

Le temps est revenu au beau , c'est grand soleil et petit vent d'ouest , avec une grosse houle ( au moins 1 m ) qui nous a beaucoup fait rouler pendant les 10 premiers miles .

Nous avons fait une première exploration de la ville , très moderne , avec un joli front de mer en jardins . Nous sommes amarrés à un quai tout neuf mais sans eau , ni électricité ; pendant notre arrivée un policier nous a regardé faire sans esquisser le moindre geste d'aide . Il est en de même de tous les participants à une régate nationale d'optimist , qui nous ont ignoré quand on traversait la ligne des bateaux qui se rendaient au départ . Nous sommes pendant le ramadan , mais tous les vendeurs de mais , tous les cafés et restaurants sont ouverts et nous avons vu des gens manger , même une femme avec un voile était devant un verre .Il n'y a pas beaucoup de voiles ( de femmes ) .

Pas mal de boutiques étaient fermées , y compris celle de Turckcell, notre fournisseur d'accès internet . A revoir demain .

Sinop est le point est de notre périple , ensuite retour en espérant que le vent passe à l'est , ce qu'il devrait faire , mais n'a pas fait depuis 15 jours .

Partager cet article
Repost0

commentaires