Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 14:14

 Bulletin n 9

 

mercredi 19 mars

mouillage de l'îlot Madame , havre du Robert

 

Notre remontée de la côte au vent de la Martinique se poursuit sous un temps variable et sous la menace d'une alarme orange pour une forte houle de nord envoyée par les tempêtes au large des États unis. Pour le moment nous n'en sommes pas gênés , mais cela rend difficile des prévisions de route  d'autant que le très long week-end de Pâques des administrations ( du jeudi au mardi ) rend impossible la sortie de Martinique avant mardi.

 

Dimanche , une belle navigation nous a conduit au mouillage de l'îlot des palétuviers dans la baie des anglais au sud est de la Martinique . C'est un beau mouillage dans un cadre de collines verdoyantes , tout au fond d'une grande baie peu profonde à cause des pâtés de corail. Le mouillage derrière un îlot est très tranquille. La baie aussi est tranquille, peu fréquentée sauf par quelques locaux qui viennent depuis cap chevalier en barque pour pique -niquer sur la plage.

Après la grosse chaleur du début d'après midi , nous avons suivi le sentier qui va jusqu'à cap chevalier , dans la mangrove .

Lundi encore une belle navigation sous un temps gris , rendant difficile le repérage des bancs de corail. Nous avons pris le canal du Vauclin entre des cayes et la côte pour profiter d'une mer plate ; il est heureusement bien balisé. Nous sommes passés devant petite grenade , abri anticyclonique , mais la passe entre les cayes déferlantes , sans autre repère que les vagues , avec un temps gris et un bon vent nous poussant sur les cayes ne nous a pas inspirés et nous avons continué jusqu'au cul de sac frégate. La cote est devenu très construite et par des maisons souvent très laides . Il ne reste que les îles , elles aussi construites mais avec une densité faible. Après un aller et retour dans le cul de sac, nous avons mouillé sous le vent de l'ilet Terry . Le décor est agréable , à coté des fameux fonds blancs de Joséphine , petit espace entouré de corail avec un fonds de sable très blanc, ou, dit on , Joséphine venait prendre des bains . Un catamaran y était mouillé.

Mardi , pour éviter la forte houle annoncée , nous avons été dans la baie du François . Là encore , les alentours du village ont été défigurés par des constructions hideuses . Nous avons mouillé sous l'ilet Lavigne , heureusement dans un environnement encore un peu sauvage, à part quelques cases délabrées en tôle ondulée sur la cote.

Nous avons trouvé de la glace pour pécheurs , à la petite marina ; nous avons eu deux énormes sacs de paillettes bien froides, qui doivent durer plusieurs jours  .Nous avons aussi remonté en annexe le canal vers la ville, jusqu'au marché des pécheurs . Nous n'étions plus très loin du bourg, mais comme il était difficile de sécuriser l'amarrage de l'annexe , nous sommes repartis après avoir constaté que le boulanger le plus proche était fermé.

Aujourd'hui ' hui nous sommes remontés vers le nord pour mouiller dans la baie de Robert , afin d'avoir plusieurs mouillages protégés de la houle de tempête qui se fait attendre . Nous avons fait une jolie navigation à la voile au milieu des pâtés de corail , heureusement bien visibles sous un ciel bleu , et avec un vent faible ce qui nous permettait de virer sans trop d'effort ( nous avions le foc ) , en nous laissant le temps de faire la navigation à l'ancienne avec des relèvements . Nous nous sommes mouillés à l'entrée de la baie sous l'îlot madame . Là encore, la cote sud de la baie est défigurée de villas affreuses .

Nous sommes heureusement à l'extérieur de ces constructions.

Nous sommes arrivés juste avant un grain énorme , qui me laisse le loisir de mettre à jour le bulletin. 

.

dimanche soir

mouillage de la baie du trésor  presqu'île de la caravelle

 

Selon la radio, la houle de nord s'apaise , après avoir fait quelques dégâts sur la cote nord de la Martinique.

Pour nous , bien protégés derrière de nombreuses cayes , elle ne nous a pas gênés et nous avons eu des mouillages parfaitement calmes , seulement un peu clapoteux avec le vent sous l'îlot madame.

Après donc une nuit un peu clapoteuse , nous avons traversé la baie pour aller mouiller sous l'île Chancel, avec une mer plate et une bonne ventilation passant entre cette ile et l'ilot voisin.

L'environnement est assez sauvage , mais là encore quelques constructions assez laides n'améliorent pas le paysage . L'île Chancel, bien que public est interdite à la marche pour protéger le biotope et les iguanes , mais il y a une maison et des moutons qui paissent librement sur l'île; les iguanes ont beau pouvoir monter aux arbres, les moutons doivent leur prendre pas mal de nourriture . Nous avons quand même fait une petite marche dans la mangrove et le long de la côte a partir de la plage autorisée. L'île est recouverte d'une foret sèche pas très dense .

 

La glace commençant à fondre , nous sommes partis le lendemain matin mouiller devant le village du Robert.

 C'était le vendredi de Pâques et le village était presque mort; Seule l'église était pleine . Le village construit sur une butte , est assez joli dominé par une église en bois bleu ciel.

Au pied de l'église , se trouve le cimetière, très coquet avec des tombes familiales toutes blanches et pleines de fleurs . Beaucoup de commerces étaient fermées  mais quelques maraîchers devant leur voiture vendaient des fruits et nous avons trouvé quelques épiceries et une boulangerie. Nous avons recherché sans la trouver la station service qui devait avoir de la glace ,  mais cela nous a permis de nous balader dans les faubourgs , eux aussi très coquets avec de toutes petites maisons dans des jardins fleuris. Finalement nous avons trouvé de la glace au petit snack situé au pied de l'appontement . Nous sommes repartis après ces courses pour nous mouiller sous l'îlot petite Martinique, dans un cadre agréable et sur une mer bien plate.

Nous avons fait une petite promenade en annexe, jusqu'à la baie du Galion ( il y a un passage pour annexe ), pour regarder la houle qui ne nous a pas paru énorme. L'ensemble du havre du Robert fait un peu penser à un petit golfe du Morbihan et si la cote Nord n'est pas exempte de constructions celles ci restent suffisemment discrètes pour ne pas la défigurer.

Samedi matin , nous sommes repartis mouiller devant le Robert,afin de déposer nos poubelles, puis, après avoir attendu le passage d'un gros grain nous sommes partis à la voile pour la baie du Galion , belle navigation avec un vent de 12 noeuds , force de vent qui me fait un peu râler , juste pas assez pour la planche; les trois planches sur l'eau ne planaient pas malgré de grandes voiles. Par contre, pour une navigation au louvoyage le vent était parfait. Nous sommes arrivés vers  13h 30 , devant le petite plage juste après la pointe Brunet. La baie du galion est beaucoup moins construite et  jolie, dominée au nord par la presqu'île de la caravelle, très boisée. Le mouillage était parfaitement calme. Nous avons cherché ensuite le sentier , tout d'abord prés de l'habitation Blin , mais deux gros chiens m'ont dissuadé de débarquer ; alors nous avons été jusqu'à la plage à l'ouest de pointe Brunet. L'anse est belle, mais truffée de pâtés de coraux. Nous avons réussi à aller jusqu'à la plage et à trouver le sentier , que nous avons un peu suivi ; il monte dans la forêt qui ne laisse que peu de vues sur la baie , mais quelles belles vues .

Au retour, voyant passer deux coureurs à pied sur la plage devant notre mouillage , nous avons été  voir , et bien oui le sentier passait là !

Ce matin nous sommes partis à la voile pour la baie du trésor , juste à l'entrée de la baie ; c'est un très beau site sauvage, au pied du phare, accessible en navigant à vue dans les pâtés de coraux bien visibles si le soleil est du bon coté. Nous avons mouiller devant la petite plage , qui en ce dimanche de Pâques était un peu occupée. Nous avons fait une grande promenade de 3 h sur le sentier , en allant jusqu'à la pointe Caracoli , d'un coté , et au sentier botanique prés du château dubuc de l'autre coté. C'est magnifique et  nous avons profité de la beauté du mouillage devenu désert au coucher du soleil..  

 

Ps le soir apéro avec nos voisins d'un catamaran basé au Robert que les propriétaires veulent changer pour un monocoque.

Le mouillage à la baie du trésor est interdit la nuit , mais il y a tellement de passe droits dans la réserve, dont une cabane pays ( en tôle rouillée ) sur la plage et si peu de contrôle que peu à peu les voiliers reviennent ; la nuit précédente ,il y avait un Oceanis 505 local .

 

Vendredi soir28 , mouillage de Saint Louis Marie Galante

 

Je reprends le récit de notre remontée

Le lundi  au  matin , nous sommes partis vers Saint Pierre afin d'y faire les formalités de sortie pour pouvoir ensuite nous arréter en Dominique. La houle du nord était tombée et ce fut une belle navigation avec un bon vent , surtout vers la pointe nord de la Martinique ou il s'est établi entre 25 et 30 noeuds . Cette portion de côte magnifique vu de terre , l'est aussi vu de mer . Le vent s'est maintenu plus ou moins jusqu'à la rade de Saint Pierre et nous avons mouillé au sud de la jetée .

Ce lundi de Pâques tout était fermée , même les restaurants . Nous avons retrouvé Kideor en partance pour la Guadeloupe.

 

Mardi matin nous avons pu faire la clearance au cyber-café l'escapade , ( sur la place au sud de la place du marché) , puis nous avons aussi réussi à trouver de la glace pour notre glacière. Nous sommes partis vers 9h 30 ,direction la Dominique, et un vent très sympa nous a poussé jusqu'à Roseau ou nous sommes arrivés vers 16 h . Il y avait pas mal de bateaux , mais un boat boy nous a trouvé une bouée ( 10 usd ) la bouée est quasi obligatoire compte tenu de la profondeur des fonds tout près de la grève; nous avons été faire la clearance , vite expédiée et pas très cher 15 ec et s'inscrire pour une plongée le lendemain à l'hôtel Anchorage (90 us le bi -tanck)

Malgré le mauvais temps,(grains et rafales de vent ),nous avons fait 2 très belles plongées à la Soufrière sur 2 sites appelés « pinacles »:des pitons très riches en gorgones ,coraux et éponges de toutes les couleurs ;nous y avons même vu 2 hippocampes ce qui est rare et une tortue très tranquille broutant des algues sous notre nez Au retour ,nous avons décidé d'aller dormir plus au nord ,à Salisbury ,un mouillage que nous aimons bien ou,de plus ,se trouve un autre petit club de plongée que nous n'avons jamais essayé. Partis à 13 H,sous génois seul, nous avons essuyé de fortes rafales à partir d'un petit village, Layou ( jusqu'à 29 No) et nous avons fini ,vu le vent , par rouler le génois et finir au moteur pour attraper une bouée devant la plage de Salisbury à16H30 .Un tour à terre nous a permis de nous dégourdir les jambes et de faire la connaissance d'Harald, un allemand ,et Béatrice,française à l'accent méridional,les propriétaires du club de plongée.

Après une nuit un peu houleuse,nous sommes donc partis plonger avec eux et toute une équipe de plongeurs francophones pour une fois :français, suisses et belges . Ils avaient décidé de plonger à la Soufrière ou nous étions la veille .La majorité ne connaissait pas ces sites et cela ne nous ennuyait pas ,les plongées y étant toutes très belles. Là encore ,nous avons subi grains et rafales de vent ;heureusement, les plongées étaient réussies et l'ambiance très sympa . Au retour ,nous avons mangé au resto du club:bon et très abordable et terminé la journée par une grande balade dans la vallée toute proche de Macoucheri : 2 H de marche au milieu des cultures de canne à sucre , primeurs, cocoteraies le long de la rivière dominée par de très hautes falaises calcaires.( nb prévoir 4 h a et r pour aller jusqu'au bout de la route, en 1 h on arrive au pied de la montée dans la foret ) /Bref, c'est une très bonne étape :le club est sympa , moins cher qu'à Anchorage Hotel et le cadre très beau , malgré un plan d'eau un peu rouleur (nous commençons à nous y résigner)

   Ce matin donc ,nous sommes repartis au moteur ,faute de vent,jusqu'à Porsmouth; nous avons décidé de ne pas faire de formalités de sortie ce qui nous gagne une journée .De plus ,vu le crachin, nous n'aurions rien pu faire. Nous avons donc envoyé les voiles, direction Marie Galante.  Dès la pointe de Dominique, le vent s'est établi: 20 à 25 noeuds , heureusement d'est ce qui nous a permis avec 1 ris et foc1 d'atteindre Marie Galante sans tirer de bord , malgré pluies et grains Après 30 miles et 6 H de navigation, nous avons donc mouillé à Port Louis, sur le coté sud de la jetée par 2 m de fonds . Entre deux grains , nous avons débarqué pour faire des courses . La petite jetée à annexes a disparu , il faut donc aller débarquer sur la plage . Décidément tout semble fait pour décourager les voiliers de venir à Marie Galante  , ce qui semble difficile d'ailleurs car nous sommes plus d'une vingtaine de bateaux dont deux qui ont été contre le vent à Grand Bourg et qui en sont revenus . Nous avions vu l'an passé que la « marina » avait été occupée par les locaux et rendus inaccessibles aux visiteurs. Comme la clearance se fait à l'office de tourisme de cette ville, nous ne la ferons pas à Marie Galante et attendrons les Saintes ,ou plus tard. Nous avons trouvé une épicerie qui vend de la glace , mais pour les journaux en  dehors du journal local , il n'y a rien .

 

 

Jeudi 3 avril, mouillage de Deshaie

 

Décidément le temps n'est plus ce qu'il était et nous sommes en attente d'une baisse de vent pour repartir vers Saint Martin ; pour l'heure selon la météo il souffle à plus de 35 noeuds avec  des vagues jusqu'à 6 m . Dans la rade , nous avons sous les grains des périodes à plus de 30 noeuds , il y a des grains toutes les heures !

Samedi dernier nous sommes partis vent arrière pour les Saintes , nous avons eu un vent moyen avec une mer assez grosse . Pendant ce temps là, nos amis de Kideor venaient de Pointe à Pitre, sous 3 ris et tourmentin . Nous les avons retrouvés au mouillage , comme nous , ils avaient eu beaucoup de vent la semaine précédente. Evidemment nous sommes arrivés trop tard pour l'ouverture de l'office du tourisme qui fait la clearance . Le soir apéro à bord avec l'équipage de Kideor qui repart pour Le Marin.

Dimanche nous partons avec un vent de 25 noeuds pour Mallendure , en plaignant tous ceux qui rentrent à POP contre le vent , avec beaucoup de ris et pour la plupart au moteur. Après Basseterre ( pointe sud de Guadelope), le vent tombe presque totalement , mais nous arriverons à continuer à avancer à la voile jusqu'au mouillage

A peine arrivés, les grains s'installent et nous bloquent dans le bateau, faisant même renoncer AM à la baignade. Lundi nous allons voir nos amis de Canopée et faisons une plongée avec PPK , jardin de corail, derrière la pointe; c'est beau avec de gros rochers et de nombreux poissons mais le temps gris gâche un peu le spectacle. Le lendemain je fais un canyon ( vallée de Beaugendre ) c'est toujours beau malgré le temps gris , il y a pas mal d'eau et nous terminons sous la pluie ; AM elle plonge de nouveau. Le soir nous mangeons chez Anne et Dom . Leur reconversion en agriculteurs avance doucement ; les ananas se portent bien , mais l'achat du terrain n'est pas encore totalement finalisé chez le notaire .En guadeloupe, c'est encore plus long qu'en métropole . L'activité de Canopée est difficile, et le nombre de touristes actifs est en forte baisse , le plongée affecte une baisse de 30 % , seul le bateau de verre va bien ! . ce qui engendre des comportement peu éthiques entre concurrents et des baisses de prix qui vont peut -être ruiner tout le monde!

Hier nous sommes repartis sous les grains avec un petit gag , ayant attaché le mousqueton de drisse de GV sur le coulisseau , celui ci a cassé , m'obligeant à monter au mat pour récupérer la drisse , un peu sportif car il y a un peu de houle. Arrivés à Deshaies, nous avons eu la chance qu'un douanier nous fasse la clearance bien que le poste soit fermé , mais cela ne nous servira finalement à rien, car avec la météo nous renonçons à aller à Statia . et nous passons l'après midi à regarder passer les grains .    

 

Mercredi 9 avril , à Saint Martin

 

Nous voici donc arrivés à la fin de notre périple et ravis de retrouver toute la petite famille .Je termine ce bulletin pendant que Jacques se prépare à faire de la planche devant chez Cécile, le vent continuant à souffler.

Nous avons décidé de remonter très vite sur St Martin pour pouvoir fêter l'anniversaire des filles Mathilde et Megan .Il nous restait donc 3 jours

Le vendredi matin, la météo ayant annoncé une légère amélioration de temps( pas plus de 20 No et moins de vagues), nous sommes partis à 7h avec cependant 3 ris et le foc .Bien nous en a pris ; à peine dépassée la pointe nord de Guadeloupe ,nous avons été cueillis par un vent costaud , 30 noeuds en moyenne ,et des vagues assez impressionnantes ,3 à 4 m ; du coup , nous avons extirpé le tourmentin du fond du bateau ( en 8 ans ,ce n'est que la 2°fois) pour remplacer le foc .Heureusement ,nous étions portant et nous avons ainsi filé jusqu'à St Kitts: 8h de navigation , arrosés de temps en temps par quelques jolies vagues mais ,par chance, pas de pluie ,même sous les grains .Nous avons du battre notre record de vitesse:pas loin de 8 noeuds de moyenne !

A mouillage de White House, sud de ST Kitts, malgré le vent ,le plan d'eau était calme et la nuit réparatrice .A 7 h,nous avons levé l'ancre pour St Martin,après avoir remis le foc. Il n'y avait plus que 20 à 25 no , une mer toujours turbulente et un plus gênante car nous étions travers. Un peu

moins rapide ( 7 noeuds) mais un peu plus arrosés par quelques gros grains à pluie, plus avons jeté l'ancre à Marigot ,vers 16 H . Le mouillage ,bien que très grand, est surpeuplé , une bonne centaine de bateaux,beaucoup  en attente d'une accalmie pour reprendre la navigation.

  Après un rangement très rapide, pressés d'embrasser  Cécile et les filles , nous les avons rejointes pour fêter l'anniversaire des 2 filles  avec tous les amis petits et grands,invités par Mathilde .Cécile nous avait mijoté un bon couscous et la soirée a été joyeuse .

L e vent continue ,il ne fait pas très chaud mais le soleil est tout de même de retour. Nous allons profiter au maximum de cet épisode familial avant de désarmer le bateau pour rentrer début mai

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires