Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 16:28

Cuba : Cienfuegos, Trinidad, La Havane , les jardins de la reine, Santiago et l'oriente

 

 

Jeudi 13 janvier marina Jagua Cienfuegos

 

Ce matin , à la première heure , profitant d'une baisse du vent , nous avons affalé le génois pour faire une couture de la bande anti uv qui commençait à se découdre . Après une longue réflexion et quelques essais ratés nous avons compris comment fonctionnait le « bof système « ( du nom d'un bateau connu à Grenade ) et cela a été vite. Ensuite petites courses à l épicerie de la marina très peu approvisionnée mais on a quand même trouvé de l'eau gazeuse, de l huile d olive , des boites de thon et quelques boites de macédoine de légumes.

Nous sommes partis en ville . Nous avons retrouvé le plaisir de marcher dans les belles rues de cette ville . Les immeubles sont des immeubles de deux étages avec des colonnades au rez de chaussée . La plupart ont des façades fraichement repeintes. Les rues sont propres , quelques unes plantées d'arbres . Évidement il y a peu de voitures dans les rues , mais il y a des calèches servant de petits autocars , des vélos taxi, et quelques autobus. Il y a cependant beaucoup plus d'autos ( et pas seulement des belles vieilles américaines des années 50 ) , de motos et de vélos qu'il y a 4 ans . Dans la rue piétonne du centre ( toutes les rues sont plus ou moins piétonnes de fait , mais la rue piétonne est exclusivement pour les piétons ) il y a des vendeurs de souvenirs et de beaux articles de cuir,tous payables en CUC .Des magasins vendent aussi en CUC de l'épicerie, des vêtements et de l'électroménager ; il y a pas mal de monde dans tous ces magasins .

Nous avons été manger au restaurant recommandé par le routard « le polynesio »; il y une ambiance étrange car il est très sombre , nous y avons mangé un menu complet pour 8 cuc ( un morceau de porc plus du riz plus du chou et tomate et pour finir en dessert une compote de goyave ); le restaurant était plein de cubains, dont beaucoup semblaient des habitués ( poignées de main aux serveurs ou aux musiciens ) et il y avait une vingtaine de tables .

Puis nous avons été à Internet , impossible de lire nos fichiers du blog , et pourtant nous avons pu envoyer les photos ; open office a un problème . Nous sommes passés à un petit office de tourisme pour acheter les billets de bus pour La havane et faire retenir une casa particulare ( logement chez l 'habitant )

Et nous sommes partis à la recherché du pain : la première boulangerie n'avait plus de pain ;elle en aurait dans une heure ; un monsieur nous a expliqué qu'il y avait deux sortes de pain le pan duro et le pan suave ; le pan duro a une croute plus dure que l'autre . Nous sommes repartis et avons vu un cubain avec du pain ;il nous à indiquer ou il l avait acheté et il, nous a envoyé a quelques blocs de là. Après avoir redemandé , nous avons fini par trouver la boulangerie et acheter deux « pan duro « 

nous sommes revenus en flânant à la marina , une demi heure à pied du centre ville en longeant la mer.

 

Vendredi

 

Nous avions décidé de louer une voiture pour visiter Trinidad et les environs . Nous sommes donc allés à la première agence de location près de la marina; un monsieur peu aimable nous adit qu'il n'y en avait pas de disponible , pourtant le parc en stationnement paraissait assez bien fourni. Nous sommes donc retournés en ville ; mais à 11 40 le responsable était parti déjeuner et devait revenir à 14H . Nous nous sommes promenés dans la ville avons vu le musée qui n'a aucun intérêt et une exposition des CDR ( comités de la révolution ) sans intérêt également mais accompagné par un enthousiaste qui nous a tout expliqué en parlant très vite dans son emportement ; il est vrai qu'AM lui avait dit que nous étions français et socialistes ce qui l'avait ravi. Nous avons été à un petit restaurant dont l'apparence nous avait plu ; il était fermé, nous avons voulu aller déjeuner au restaurant « el jeffe »( du routard );'il paraissait ouvert mais le préposé ne nous a pas admis !.Nous avons fini à La Verga , très beau cadre et cuisine quelconque ( mais y a t il un bon restaurant à Cuba ? ) ( le beau cadre ne comprend pas les toilettes qui sont peu ragoutantes car il n'y a pas d'eau ( il n'y a même pas de tirette a la chasse d'eau ) et tout stagne dans la cuvette. ) Le pb était le même dans l'autre restaurant . A la marina ,il y a de l'eau mais il faut demander la clé à chaque fois au responsable. La douche n'a évidement pas d'eau chaude , elle n'est même pas prévue. la marina a cependant un réservoir d'eau, avec une pompe pour la pression. Fin de digression sur cet aspect des réalités cubaines .

Nous sommes repassés à l'agence de voitures mais ils fermaient , le gardien nous a dit que le responsable ne viendrait pas et que de toute façon il n'y avait pas de voitures à louer .

Alors nous sommes retournés à l'agence de voyage pour prendre un billet de bus pour Trinidad et une réservation à une casa particulare et nous sommes revenus au bateau.

Nous avons un peu bricolé avec deux surprises en regardant le moteur : au fond nous avons retrouvé une tête de boulon cassé , mais nous n'avons pas vu de boulon cassé , et en recherchant ce boulon, nous avons repéré un trou semblant correspondre à un boulon manquant sur le carter du volant ,( d' après la rouille du filetage il devait manquer depuis longtemps et nous n'avons jamais trouve au fond un tel boulon).que de mystères dans ce moteur ,et pourtant il marche

Autre surprise le prix du lavage des vêtements : 15 CUC pour un petit sac ,plus cher qu'en France . Ce qui n'est pas une surprise ,c'est le nombre de personnes ne faisant rien dans la marina ; sur un bateau a moteur à coté il y a 4 personnes ne faisant strictement rien de la journée à part discuter bruyamment, et il y en a beaucoup d'autres qui n'ont pas une activité évidente . Rien qu'à la douane ils sont 3 ,or il n'arrive qu'un bateau par jour !; pour s'occuper sans doute une jeune femme qui doit être un peu chef vient signer les factures de l'épicerie ( 2 clients par jour ) Ils ont aussi fouillé les bagages d'un équipage russe qui venait de débarquer d'un bateau de location basé ici . Par exception 2 personnes travaillent vraiment à refaire un pont en teck sur un 38 pieds , ils sont venus admirer le notre et nous ont dit qu'ils en avaient pour 2 mois de travail , ils posent 2 lattes par jour .

 

Lundi après midi même marina au retour de Trinidad

 

Samedi, après une matinée paisible, nous avons pris le bus de 13 h pour Trinidad ou nous sommes arrivés a 14 H 30 ; notre logeuse nous attendait à la sortie du bus et nous a emmené chez elle en voiture .

Sa maison est tout prés du centre , à 200 M de la place centrale .

C'est une vieille maison à un étage ( très haut) , toute en longueur perpendiculairement à la rue :sur le devant un salon avec quelques chaises à bascule , des bibelots en faïence , des cadres vieillots mais aussi une télé et un lecteur DVD ;ensuite une chambre donnant sur ce salon , ces deux pièces seront les nôtres. La chambre a un WC et une douche ( avec eau chaude ) ; ensuite une chambre , puis la cuisine bien équipée avec deux frigos et un four micro onde . C'est la fin de la vieille maison. Viennent ensuite une terrasse et une deuxième chambre pour touristes manifestement récente.

Nous pensons que toutes les maisons de Trinidad sont sur ce même plan , éventuellement avec deux fois la largeur ce qui permet d'avoir un salon à colonnades sur la rue et un patio côté cour.

Les fenêtres qui donnent sur la rue sont fermées par des volets de bois avec partie haute et basse la partie haute étant souvent ouverte pour permettre aux touristes d'apercevoir les intérieurs, demande étatique mais aussi publicité pour le propriétaire car plus de 30 % des maisons du centre sont des casas particulares ( marquées arrendador divisa ). Beaucoup d' autres maisons ont transformé leur salon en salle de vente de tableaux ou d'artisanat .

Après nous être installés, nous sommes partis nous promener en commençant par aller réserver notre retour , ( finalement nous repartons le lundi matin ). La promenade dans les rues du centre est un peu difficile car les rues sont en galets ronds;le centre est tout petit;, mais c'est joli.

 

Résumé de nos impressions sur Trinidad

 

Restaurants : le premier soir nous avons mangé chez nos hôtes , mais malheureusement sans eux un bon plat de poulet . Ensuite nous avons mangé à un paladare ( restaurant tenu par des particuliers ) après avoir été racolés par une rabatteuse : repas médiocre avec du porc très dur pour 6 CUC , Pas de possibilités d'avoir un café , il a été ensuite très difficile de trouver un endroit ou le boire, car les cafeterias ne voulaient pas nous en servir . Enfin le soir nous avons diné au Vigue , très beau cadre ou nous nous avons été seuls jusqu'au dessert ,pas trop mal mais pas de musique .

A ce jour nous trouvons que les restos ne sont pas très bons et que les paladares sont médiocres .

Ce ne serait pas impossible pourtant de faire de la cuisine correcte comme l'a prouvé notre logeuse .

 

MUSIQUE

le premier soir nous avons pris un mojito a la casa de la musica , bel terrasse au dessus de la place centrale, avec pendant 30 minutes un bon orchestre ( ils nous ont vendu un disque dont nous sommes aperçus ensuite qu'il n'était pas d'eux et datait de 15 ans ).

après le repas nous sommes ressortis pour écouter de la musique . Dans les stands à musique du centre, à cette heure il n'y avait rien ; nous avons été a la place Cespedes très animée , dans une rue adjacente il y avait des stands de nourritures présentant du cochon grillé, et des sandwiches de viande ( prix de 15 à 30 pesos cubains) Sur le coté de la place se préparait un concert, comme vers 21 H 30 il y avait déjà des musiciens sur la scène nous avons attendus ; mais après des aller et retour de ceux ci nous sommes finalement repartis vers 22H 30 sans rien avoir écouté de musique live . Nous sommes rentrés en passant devant les lieux dits musicaux : rien casa de la musique, de la musique africaine à l'autre et de la musique qui ne nous plaisait pas à la casa de la trova ( presque vide ).

le dimanche derrière la casa de la musica se déroulait un concert d association culturelle pour un public de locaux de tous ages . Ils buvaient du rhum en écoutant de la musique d'un bon groupe pro et des chanteurs amateurs, certains franchement mauvais ,ou ceci dans une ambiance fort sympathique . A la fin nous avons été prendre un mojito a la cas de la musica ou se produisaient deux bonnes chanteuses . Une partie du public du concert précèdent est venu s'asseoir pour écouter un autre groupe , Certains des hommes ne pouvaient guère aller plus loin car ils avaient abusé du rhum ( consommation estimé a une demi bouteille en moyenne dans l'après midi par personne) et la nous avons eu un bon moment de communion avec les cubains qui dansaient et nous ont aussi fait danser , vrai moment de bonheur.

le soir nous sommes retournés a la casa de la musica ou jouait un groupe composé d'au moins 9 musiciens ;il devait être connu car il est venu pas mal de jeunes cubains ( et aussi une trentaine de jeunes routards et deux groupe de touristes du quatrième age ) ; la musique ne nous a pas beaucoup plu mais il y avait du spectacle ! des jeunes et des vieux couples cubains dansaient , certains fort bien. Nous ne sommes partis donc qu'à 22 H 30 ;la casa de la trova , elle, était quasiment vide

Bref , Trinidad ne nous a pas paru être la ville de la musique.

 

La ville : comme dit plus haut le centre ville est petit . Il a du charme avec ses maisons colorées à toit de tuiles , ses rues sans voitures , sa vie animée par les locaux, sans beaucoup de touristes .

Il y a deux anciennes grandes maisons coloniales transformées en musée ; celle appelée le musée romantico est vraiment intéressante avec un premier étage qui a gardé son mobilier d'époque et ses pièces de céramique ( Sèvres et diverses origines ). Les autres musées sont sans intérêt pour quelqu'un qui n'est pas un fana des Barbudos : ce sont surtout des photos des héros de la révolution et des plans des campagnes victorieuses de la révolution.

 

Anecdotes

pour prendre le bus Viazul à Trinidad, il faut donner un pourboire pour qu'un employé consente à mettre les bagages dans de coffre du car ; en une demie heure ils se sont fait une cinquantaine de CUC ( 2 mois de salaire pour un cubain «  de base »)

pendant que nous faisions la queue à la boulangerie , un monsieur a ignoré celle ci en donnant directement un billet au mitron.

A notre retour de Trinidad à la marina un douanier qui nous connaissait depuis 4 jours a fouillé nos bagages.

 

Mardi soir marina

 

Deux jours tranquilles à refaire un peu de marches à pied, quelques courses alimentaires et à buller.

Dimanche soir 23 janvier – de retour à la marina

Nous avons passé 4 jours à La havane et bien visité la ville.

Nous avons trouvé la ville bien changée par rapport à il y a 4 ans : elle est plus propre , avec plus de magasins et de voitures dans les rues, notamment beaucoup de vieilles américaines.

 

Logement et logistique

Nous avons logé chez José dans un petit immeuble de centro havana , à 10 minutes a pied du parc central. C'est un immeuble de 2 étages ; José et Salvador habitent au premier ou se trouvent : le salon puis en enfilade 3 chambres, dont 2 pour les hôtes , puis la cuisine salle à manger . Salvador a une chambre sur le toit. La décoration n'est pas très belle mais le confort est suffisant ( il y a un cabinet de toilettes avec douche chaude pour les 2 chambres ) , avec une climatisation.

José est très agréable et parle avec nous lentement en détachant ses mots : on le comprend très bien.

C'est un excellent cuisinier , et pour bien manger il vaut mieux rester chez lui plutôt qu'aller au restaurant; le cadre ,bien sur , est moins bien. Nous avons donc alterné , un repas de José pour le goût et des repas au restaurant pour l'ambiance, ambiance par ailleurs assez peu musicale car même quand il y a de la musique les musiciens ont un rythme de travail à la cubaine .

L' avantage d'être dans le centre est très grand car le taxi pour venir du vedado au centre est presque obligatoire et coute au moins 5 CUC .Nous faisions tous les trajets:casa ,centre ville à pied,environ 20minutes

Nous recommandons donc notre logeur .

Tarifs 30 CUC la nuit , diner 10 CUC, petit déjeuner ( très bien fourni ) 5 CUC.

 

Restaurants

Curieusement ils coûtent presque tous a peu prés le même prix ( de 6 à 8 CUC, le plat principal ) quelque soit le cadre parfois luxueux . Dans le style cadre luxueux et assez bonne qualité nous avons bien aimé le restaurant conde de villanueva , au fond d'un patio à arcades, avec un trio qui a chanté au moins 5 chansons pour nous. Malheureusement partout la cuisine reste médiocre .

 

Au plaisir de la flânerie

Nous sommes promenés un peu partout dans Centro Habana et vieja habana surtout pour sentir vivre les cubains . Les rues sont propres et les façades des immeubles commencent à être repeintes. Les grandes arères sont davantaget fréquentées par les voitures , vielles américaines mais aussi des voitures neuves . Le renouveau des voitures américaines vient d'un changement de législation , qui a autorisé leur vente et le changement de moteurs ; les riches ont donc racheté les vieilles voitures qui ne circulaient plus pour diverses raisons ( incapacité du propriètaire, cout trop élevé de l'essence, panne ) , ont changé le moteur pour un diesel et sont devenus taxis ou louent leur véhicules ( pour en faire des taxis pirates ) .Il y a encore beaucoup de vélotaxis , mais aussi des autobus neufs.

Dans habana vieja , un certain nombre d'immeubles anciens ont été démolis , pour n'en garder que la façade lorsqu'elle présente un intérèt et reconstruire derrière des hotels ou des logements sociaux .Mais cela touche surtout une étroite bande de terrain entre la mer et la troisième rue parallèle .à la mer Le reste est encore composé de vieux immeubles d'époque 1900 à 1930 , en style art déco ou modern style.

Dans la partie rénovée on peut entrer pour voir les patios des anciennes belles demeures coloniales, devenues des musées ou des hotels.

Les rues sont très fréquentées par les locaux et nous n'avons pas rencontré beaucoup de touristes, alors qu'il y a de nombreux grands hotels surtout près du parc central.

Les monuments ne sont pas très beaux et valent surtout par leur nombre et leur diversité , tout en respectant un style commun.

Parmi les églises seule l'église de la merced nous a plu , elle a gardé toutes ses peintures d'époque ( 1757 ) .

 

Musique

 

Nous avons été déçu par l'ambiance musicale , Si de nombreux restaurants ont des groupes ceux ci jouent peu , nous avons compté pour certains moins de 20 minutes par heure.

Nous avons passé une bonne soirée au centre yoruba pour écouter de la rumba;Contrairement à ce que nous pensions la rumba n'est pas seulement une danse de salon des années folles , c'est aussi la danse des esclaves yorubas . nous avons donc entendu pendant deux heures l'évolution de la rumba depuis les percussions originelles jusqu'à des versions modernes dans une très bonne ambiance ,entourés de cubains ,fanas de rumba!

.

En bref le niveau de vie des cubains semble s'être beaucoup amélioré; les nombreuses boutiques en CUC sont bien achalandées malgré des prix du niveau des prix français , comment autant de cubains dont le salaire est de 30 CUC par mois peuvent ils acheter des produits aux prix français ??

La Havane est une ville finalement qui a première vue est une ville du midi , pas beaucoup plus dégradée que les villes siciliennes d'il y a 40 ans .

 

 

Divers

Il y a 4 ans nous avions vu encore beaucoup de champs de canne à sucre , le long de la route . Il y en a beaucoup moins ,remplacés maintenant par des champs de légumes, des rizières , des plantations d'arbres fruitiers : beaucoup de manguiers et aussi de papayers nains ( mais avec de gros fruits ) ,des agrumes....

notre logeur nous a dit payer en impot 370 CUC mensuel plus 25 % e sa recette. Il doit aller tous les jours déposer la liste de ses clients. Son taux de remplissage estimé en regardant son cahier ne doit pas dépasser 30%

Fête des 15 ans : un des grands points de dépenses pour des parents est le 15ème anniversaire d'une fille pour ces 15ans: il faut faire une grande fête , avec location d'une plage et location de belles robes pour la jeune fille ; nous avons ainsi vu plusieurs jeunes ados avec des robes style mariée se faisant prendre en photos par leurs proches et même par un professionnel.

 

Dimanche soir marina

Nous sommes de nouveau au bateau avec nos amis Michel et Jocelyne Blin.

 

Lundi soir encore à la marina

 

Notre programme était de visiter un peu Cienfuegos , de faire le plein de fruits et de légumes au marché, puis vers 17 h de partir vers les cayes des jardins de la reine.

Hélas le marché était fermé, comme tous les autres points de vente de légumes ; un gentil jeune homme nous a fait faire le tour des points de vente illégaux , mais ils n'avaient rien.

Nous avons donc été obligé de retarder notre départ , car ensuite nous serons 8 jours sans voir un marchand de légumes ou tout autre marchand,d'ailleurs.

Nous sommes retournés diner chez el cochenicito juste à coté de la marina, ou nous avons bien diner hier, avec un serveur speed ( et oui il y en a à Cuba ) et rigolo ;il y a eu une petite panne de courant et il nous a éclairé avec une lampe de poche pendant que nous mangions. Nous avons eu droit à un concert privé d'un trio ( 2 guitaristes et une chanteuse ), au moins 6 chansons !!, nous étions les seuls clients du restaurant .

 

Autre anecdote de la marina

le douanier nous a fait ouvrir le sac poubelle que nous allions déposer .

 

Mercredi soir mouillage de cayo de zaza afuera N 21 27 98 W 79 34 60

 

hier nous sommes donc partis de bonne heure faire les courses . Nous avons trouvé de tout au marché de la ville: tomates, calebasse, salade, radis , carottes, goyave, papaye , bananes , herbes, le tout payé en pesos cubains , donc à des prix très bas pour nous ; pour 8 jours de vivre nous avons dépensé moins de 500pesos soit moins de 20 CUC,en gros 20 dollars

Le temps de faire faire les papiers à la marina , à l'immigration et aux autorités du port , nous sommes partis avec un vent nul, ; il était 11 H 30 ;

A 12 H 30 nous étions à la sortie du chenal avec un vent de sud est force 5 avec de belles vagues . Demi tour donc et nous avons mouillé à coté du chenal dans un coude protégé du vent vers la sortie de la baie.

Nous avons eu le temps de déjeuner , puis un bateau est venu avec une personne en uniforme vert ( la guardia) : nous ne pouvions pas rester ici , il fallait soit retourner à la marina pour attendre le soir , soit partir ; c'est ce que nous avons retenu et nous sommes donc partis vers 14 H 30 sous foc et 2 ris .

La mer était bien formée Nous avons tiré des bords le long de la cote , nous avons repéré la baie de Guanaco qui semble un bon abri très joli vu du large, mais sans aucune carte nous n 'avons pas osé aller voir si l'entrée était possible .

Nous avons donc continué et vers 20 H 30 le vent est subitement tombé et nous avons mis le moteur.

Après une nuit au moteur , sur une mer s'apaisant lentement nous sommes arrivés au lever du jour à la caye Zaza afuera ou nous nous sommes arrêtés Jocelyne n'etant pas très bien. Il y avait deux bateaux au mouillage et un pécheur .

Les voiliers sont partis vers le nord , et les pécheurs sont partis pécher . A leur retour ils sont venus nous voir (ce que nous espérions bien) et nous ont offert des langoustes : 5 magnifiques bêtes pour 10 CUC et une bouteille de rhum. Puis ils nous ont aussi ramenés des filets de pagre, tout préparés. La nourriture est assurée, et notre emploi du temps aussi car ces bêtes à corne sont longues à cuire et à préparer,mais quelle régal !...

Nous avons quand meme eu le temps d'une longue baignade , puis d'une balade en annexe dans le lagon : beau paysage de mangroves.

 

Jeudi soir mouillage de cayo algarcito N 21 02 5 W 79 19

 

Nous sommes partis de bonne heure après avoir mis les langoustes à cuire .Le vent léger force 3 de nord est a faibli progressivement nous obligeant à s'appuyer au moteur pour arriver avec le soleil suffisamment haut pour entrer dans le mouillage choisi . L' entrée dans la barrière est large et facile ; on passe à coté d'une belle barrière qui déferle sur tribord , les fonds remontent doucement jusqu'à 2 m , fonds de sable et d'herbes . Suivant le guide nous mouillons assez loin de la cote quand le sondeur indique 1.8 m; en fait nous vérifierons en allant à la plage à la nage que nous aurions pu mouiller beaucoup plus près de la caye , car le fond est très plat avec 1,5 m d'eau tout près du bord. La caye a une jolie plage de sable devant une végétation dense d'arbustes épineux et de petits palmiers . En marchant les pieds dans l'eau nous avons vu un petit barracuda, un petit calmar , un tout petit crabe porcelaine tout rose accroché à un lambi et surprenant une belle langouste dans 20 cm d'eau qui se prélassait au soleil mais ne s'est pas laissé attraper.

Le coté ouest de l'ile est très beau avec une langue de sable sur laquelle pèchent des aigrettes et des hérons . Demain nous ferons le tour de l'ile en annexe ; le lagon derrière est magnifique .

C'est un très beau mouillage.

 

NB Navigation on peut s'approcher très près de la plage , plus que nous car les fonds restent à 1,5 m presque jusqu'à la plage.

 

vendredi 28 janvier mouillage de esturio de las auras cayos de doce leguas N 20 53 W 79 03 3

 

Le vent du nord s'est levé dans la nuit frais : dans les 2 sens du terme, et nous avons renoncé à la baignade et à la ballade en annexe pour s'avancer vers l'est et nous avons fait 22 miles pour aller mouiller dans ce magnifique mouillage . C'est un grande anse avec une large entrée entre le reef.

Au fond une grande plage de sable est entrecoupée de bosquets de mangrove . Nous avons mouillé devant cette plage par 1.8 d'eau , le fonds remontant doucement depuis l'entrée .

Nous avons fait une belle balade le long de la plage, en marchant sur des pelouses de salicorne ; puis une balade en annexe dans le bras de mer qui s'enfonce dans la mangrove à l'est de l'anse. Il y a un long chenal avec de multiples bras débouchant sur la mer, coté nord. C'est bien joli.

L'ensemble en fait un des plus beaux mouillage de Cuba .

 

NB navigation ; la barre d'entrée pour le chenal du rio dans la mangrove a une passe d'entrée très peu profonde , beaucoup moins qu'un mètre, contrairement à ce que dit le guide.

 

Vendredi mouillage de Cachiboca labyrinthe de las doce leguas N 20 41 2 W 78 45 2

 

Le vent du nord s'est encore renforcé dans la nuit et il souffle maintenant un bon 5 , rafale à 6 ;

Avec 2 ris et un génois très enroulé , nous avons foncé à 7 nœuds vers ce mouillage ou nous sommes arrivés pour le déjeuner . Avec le vent fort de nord est , nous avons mouillé le long de la cote ouest de la caye du phare , juste au sud d'un haut fond , assez bien protégé du vent mais avec un peu de houle qui vient d'où on sait ou. Le site est beau avec une vue sur une multitude de petites cayes au nord , et la belle caye du phare.

Nous sommes descendus marcher un peu le long de la plage, la végétation de la caye est quasi impénétrable, nous avons vu pas mal de traces d'iguanes , mais hélas pas de bêtes. Nous avons été jusqu'au phare pour voir la petite baie située sur la cote sud, elle très belle et bien protégée du vent de nord est , mais nous n'avons pas vérifié si on pouvait y entrer.

Et maintenant nous nous préparons pour une longue étape de nuit ; la météo annonçait un vent faible , mais depuis le coucher du soleil il a recommencée à souffler fort.

 

Dimanche après midi mouillage de Cabo cruz

 

La nuit a été un peu difficile ; le vent a soufflé très fort , probablement force 6 , puisqu'avec une GV arisée à 3 ris et un génois enroulé bien au-delà de la 3 ème marque nous avancions sur l'eau a plus de 7 nœuds , un peu moins sur le fond freiné par un courant contraire . Le bateau nous secouait beaucoup et il a été difficile de dormir . Sur la fin petit incident , il a fallu remplacer la turbine de la pompe à eau , qui n'avait pourtant que 2 mois.

Nous sommes arrivés au mouillage vers 8 H soit un peu moins de 12 h de route pour 80 miles.

Après un petit repos nous sommes allés faire un peu de PMT vers la barrière , il y a beaucoup de patates de corail avec pas mal de poissons . C'est un bon spot de PMT ; à cette heure la guardia n'est pas encore venue nous voir.

NB NAVIGATION la plupart des phares ne s'allume pas à commencer par le phare de Cachiboca

 

 

Lundi soir mouillage de Portillo

 

Nous avons eu très peu de vent pour aller jusqu'à cayo blanco à l'entrée de la baie de Pilon; le vent ne s'est levé que vers midi alors que nous étions quasi arrivés.

La caye a une plage blanche visible de loin vers l'ouest, elle est fréquentée par des gens d'un hotel accompagnés par un monsieur de la guardia . Il nous a rendu visite pour remplir un tas de papiers en demandant de nombreux renseignements non marqués sur le despacho ; après une demie heure d'écriture il nous a dit qu'il était défendu de rester ici pour la nuit et nous a demandé à quelle heure nous partirions demain matin; quand je lui ai dit 4 H du matin il a été en proie a une violente lutte intérieure car en principe il doit être présent!. Il nous a confirmé que deux bouées d'entrée étaient allumés .

Après un bon bain et une petite marche sur l'ilot , nous sommes repartis mouiller à Portillo, joli mouillage de mangrove devant un petit hameau .

 

Mardi soir mouillage de Chivirico

 

Finalement nous sommes partis vers 5 H 45 du mouillage dans la nuit noire en suivant notre trace de la veille au GPS car en effet aucune bouée n'était allumée ( et l'homme de la guardiane s'est pas levé).

Nous avons été au moteur en suivant la coté jusqu'à la hauteur du pic turquinio , soit vers 11H ; là, le vent s'est levé force 5 plein est, nous avons gréé les voiles ( foc et 2 ris ) et aidé au moteur nous avons continué à progresser vers l'est .

Nous sommes arrivés à Chivirico vers 17 H .

Nous sommes partis en annexe pour visiter le village . après une tentative de débarquement au quai des pécheurs ou un monsieur nous a dit que c'était interdit et qu'il fallait aller au quai suivant, nous avons été à ce quai ou un homme de la guardia nous a dit qu'il était interdit d'aller à terre.

Finalement, dans tous les villages ou il y a la guardia, il est interdit de descendre à terre. Et l'un des premiers mots que nous entendons alors est: « prohibido,prohibido »

nb navigation l alignement d'entrée est quasiment invisible ; il faut viser le coté droit ( est ) du bouquet d'arbre au creux d'un vallon, a l'ouest de la route en bord de mer . Sur le bord de celle ci on voit deux taches blanches , celle de droite est une plaque a la gloire de Castro si je m'en souviens du temps ou nous avions pu descendre ; l'autre est le phare d'entrée structure metallique de un metre de haut.

 

Mercredi3 février après midi marina de Santiago

 

notre départ matinal de Chivirico a failli se terminer mal : un filet,posé pendant la nuit et à peine visible barrait la sortie. Heureusement je veillais et un coup de sifflet strident d'un pécheur nous a fait arrêter à quelques centimètres du filet . Le pécheur est venu le relever et nous sommes partis en profitant du calme matinal .

Après 6 h de moteur nous sommes arrivés a l'entrée de la baie , c'est un petit fiord dont l'entrée est dominée par un beau fort espagnol, bien restauré . A la marina le quai principal était déjà occupée par 8 bateaux et la marina nous a fait mouiller ; nous avons déjeuné , puis sans nouvelles nous sommes allés à quai en annexe ; aussitôt la guardia est venu avec le dockmaster , nous pouvons aller au quai secondaire sans électricité , ni eau . Nous y avons été et la guardia , plus une phytosanitaire et la douane sont venus ; tout s'est passé vite et nous avons eu le droit d'aller à terre . La phytosanitaire a confirmé que les voiliers ne pouvaient descendre à terre que dans les marinas officielles dites internationales.

 

Jeudi soir

hier soir nous avons été faire un tour du centre historique de la ville ; il est très animé et il règne une ambiance plus gaie qu'à La Havane , en dépit d'une atmosphère empuantie par les gaz d'échappement des voitures et des motos et surtout par les fumées des camions fermés servant d'autobus ; ce moyen de transport doit être très éprouvant pour les cubains car ils y sont debouts, aussi serrés que dans le métro aux heures de pointe, avec des odeurs de fumée en plus.

Nous avons bu un mojito place Cespedes et mangé au restaurant los matamores avec en prime deux groupes de chanteurs . Puis nous sommes allés a la casa del boléro ; l'ambiance y est très sympathique avec des locaux de tous ages venus écouter la musique traditionnelle . Anne marie et Jocelyne ont pu y prendre une leçon de danse , les hommes restant sur leurs chaises pour admirer.

Ce matin nous avons été visiter l'ile de gramma , située en face de la marina ; c'est une toute petite ile avec une centaine de maisons , certaines vielles en bois en bon état et d'autres plus ruinées , l'ensemble a du charme .

L'après midi nous avons été visité une fabrique de cigares près de Santiago: c'est un grand bâtiment style soviétique qui occupe 200 personnes à la fabrication de cigares pour l'exportation . Les feuilles de tabac viennent de Vinales (ouest de Cuba)déjà traitées . Ici elles sont coupées en deux , puis triés et envoyées aux rouleurs ; Nous n'avons vu qu'un petit groupe , probablement sélectionnés , Le roulage va en fait très vite ; il y a 5 demi feuilles de tabac : une pour le goût , 3 pour l'arôme dont une plus forte et deux suaves et une pour l'enveloppe , le roulage proprement dit ne dure pas plus de 20 secondes , mais bien sur il faut aussi prendre et vérifier les feuilles , puis tasser les cigares . Chaque ouvrier doit faire 135 cigares par jour . Puis le cigares passent au tri des couleurs , en effet les boites ne doivent contenir que des cigares de même couleur , cette opération est longue . Les cigares vont ensuite au bagage , opération égalent longue car faite avec minutie pour que toutes les bagues soient à la même hauteur ; ils sont ensuite mis en boite et pressés et sont alors envoyés au centre de vente à La Havane

Ce qui m'a le plus frappé c'est que les opérations « esthétiques « sont les plus longues .

Nous avons fait un tour de ville et nous avons eu la chance de passer devant une boulangerie dont les pains allaient sortir ; ces boulangeries sont remarquables :une longue ligne de cubains fait la queue devant ,certains assis sur les trottoirs un sac à la main. Ici, femmes et hommes font 2 queues séparées et passent cinq par cinq en alternance.

Après une queue un peu chahutée ( des femmes puis 5 hommes et ainsi de suite mais il y avait des resquilleurs) nous avons eu 6 pains , de quoi assurer le lendemain et un peu plus.

Nous sommes rentrés a la marina dans un taxi hors norme : une ford 1938 avec un chauffeur joyeux chantant à tue tête les airs à la mode.

Pour repas de fin de croisière nous avons mangé des spaghettis , les réserves de frais étant épuisés .

 

 

Vendredi soir

Ce matin les amis ont pris le taxi pour l'aéroport ; Le veilleur de nuit nous a propose de laver le linge et je le lui apporté dans sa maison située tout prés de la marina. AM a rangé le bateau puis nous sommes retournés a Santiago .

Première tache :reprendre de l'argent . a la caisse automatique il y avait une longue queue avec des resquilleurs ;alors nous sommes allés à la banque mais là aussi il y avait une longue queue et des resquilleurs ;seul avantage ,nous étions au frais . Après 45 minutes nous avons réussi a avoir de l'argent et nous sommes allés réserver une voiture pour une balade vers l'est de l'ile : pas de choix il ne restait qu'une petite 4 * 4 que nous devions prendre à 16H ; alors nous avons été déjeuné au san antonio ( place dolores , moyen ) puis refait un tour de ville .

A 16 H 30 nous avions la voiture et nous sommes allés voir le fort el morro à l'entrée de la baie pour assisterà la cérémonie de baisser les couleurs au coucher du soleil , la cérémonie est bon enfant : 7 jeunes militaires en blanc défilent tirent un coup de canon et baissent les couleurs , en prime nous avons vu le rayon vert .

 

Anecdotes

un des douanier,très malgracieux nous a demandé de lui montrer nos sacs à chaque fois que nous sortions et ce sur un ton désagréable . Puis quand j'ai porté le sac de linge à laver , je l'ai croisé juste à la sortie de la marina quand il arrivait avec les employés de la marina, il n'a osé rien dire;

L'un des dockmaster par ailleurs aimable ( il s'est occupé du plein de diesel fait en transportant des bidons ) nous a demandé une paire de chaussures pour sa femme. Son aide , marié à une prof d'université , nous a demandé une clé usb pour enregistrer ses conférences ( il a eu un DVD )

Nous avons trouvé qu'à Santiago il y avait beaucoup de quémandeurs ( savon ou crayon ) , beaucoup plus qu'il y a 4 ans . ( commentaire d'un cubain à cette remarque : c'est la crise , oui mais il y aussi beaucoup plus de voitures , réponse c'est la crise pour certains mais pas pour tous )

 

Dimanche soir au bateau

Notre promenade dans l'est de Cuba a été très belle , avec des paysages de montagne et de campagne extraordinaires.

Le plus difficile a été de quitter Santiago par la bonne route , car il n'y a aucune indication de direction ; nous avons fait demi tour au moins 3 fois avant de s'élancer vers Guantanamo.( Guantanamo n'est pas seulement une base américaine , c'est aussi une ville cubaine capitale de la province du même nom )

Des l'autopista la route traverse de beaux paysages de campagnes colineuses avec des palmiers , des manguiers et des champs variés . Vers Guantanamo la route devient plus banale , elle longe la mer , puis la route de montagne commence . Elle monte très fort dans la forêt tropicale , passe par une ligne de crête puis plonge vers Baracoa sur la cote est de Cuba. La route est en parfait état et les paysages magnifiques. Nous sommes arrivés vers 15 H a Baracoa ou un cycliste nous a conduit à une casa particulare; le cadre n'a rien d'extraordinaire mais pour une nuit le confort était largement suffisant ( sdb prive avec eau chaude ) mais les hôtes étaient charmants et leur cuisine très bonne . A noter que nous étions la 130 ème réservation depuis 2 ans pour des séjours souvent d'une à deux nuitées , comment payent ils l'impot. Il y a avait pas mal de casa particulare avec un panneau libre et nous n'avons pas vu plus de 5 couples de touristes isolés. La fin de l' après midi a été consacrée à la flânerie dans cette petite ville de campagne , avec ses vélo_ taxis et ses carrioles a cheval.

Le soir nous sommes ressortis pour écouter de la musique ; la casa de la trova nous a déçu avec un orchestre moyen et une ambiance dédiée à un groupe du quatrième age de touristes anglaises en goguette, venues se trémousser puisque c'était au programme du circuit. . Puis nous avons été a la casa de la cultura avec un bon orchestre dont une chanteuse à la voix prenante , mais il y avait très peu d'auditeurs. En ce samedi soir la jeunesse vêtue de teeshirts scintillants se contentait de causer autour du square.

Ce matin nous sommes partis vers le nord , vers Moa ; la route était dite mauvaise et effectivement durant prés de 50 kms cela a été une succession d'ornières et de nids de poule , heureusement que nous avions un 4 4 ; mais le paysage en valait la peine : un peu avant Moa la route devient bonne mais le paysage change aussi , elle traverse des mines de nickel, avec des usines crachant des panaches rouges et un paysage désolé ou les résidus noiratres des usines est répandu sur le sol sur plusieurs kilomètres. Après Moa la route redevient facile et belle quant aux paysages . Puis à Sagua de tamano , nous avons quitté la bonne route pour aller vers Guantanamo en traversant la montagne : encore une route en très mauvais état mais avec des paysages magnifiques.

Nous avons déjeuné vers 14 h à Guantanamo a la casa particulare du routard , puis flân2 un peu dans le centre assez joli avec de belles maisons à colonnades et des ruines , une ville normale de Cuba quoi un peu vide car il faisait chaud et nous étions dimanche. puis nous sommes rentrés à la marina , avec encore des problèmes d'orientation dans Santiago ,car la grande rue que nous voulions prendre étant barrée pour cause de fête et les policiers incapables de nous indiquer la route de l'aéroport ,situé assez près de la marina.

 

Aprés voir traversé un peu la campagne cubaine , nous avons constaté que les champs de canne à sucre ont beaucoup diminué et ont été remplacé par des cultures diverses. A voir la couleur de la terre et la richesse de la;végétation , on se demande par quelle monstrueuse et criminelle aberration le régime avait réussi à affamer les cubains ; Raoul Castro n'est certes pas un démocrate , mais au moins il a compris qu'il fallait d'abord cultiver de quoi nourrir les cubains.

Remarque il y a maintenant pas mal d'affiches ou apparait Raoul : sur la plus part il appelle à travailler et à produire ; c'est un chantier à peine ébauché ( sauf le coté agricole )

 

Lundi soir marina

 

La journée s'est moins bien passée que les 2 premières . Nous sommes partis voir la laguna de Bacanao à 50 kms vers l'est sur la cote, soit plus d'une heure de trajet . La route est bonne mais sans grand intéreèt , elle est touristique et dessert une réserve à touristes : 4 hôtels dont un en ruine , loin de tout , dans un paysage banal. Les touristes ne risquent pas d'avoir des contacts avec la population . Sur la route il y a des attractions :un parc avec des statues de dinosaures , une falaise avec des statues de béton style maya et un delphinarium.

Aprés avoir vu la belle plage d sable noir de Bacanao, nous sommes repartis pour aller voir un patrimoine de l'humanité une ancienne plantation de caféiers. Elle est au sommet du massif de la gran piedra avec une montée terrible . Vers la fin de cette montée de 13 kms , voulant débrayer pour passer la seconde , la pédale s'est enfoncée sans résistance , je ne pouvais plus débrayer ; j ai donc continué en première jusqu' au sommet ou je me suis arrèté . J' ai stoppé la première voiture qui passait ( il y en a peu ) . Chance c'était un guide parlant français qui avait eu le même problème : l'hydraulique chauffe , il y a une bulle et donc plus de liaison au débrayage, il suffit de laisser refroidir . OUF

Nous avons donc pu continuer , monter 434 marches pour voir un beau panorama et faire encore 2 kms sur une très mauvaise route pour voir une batisse de pierre et de bois la maison du cafeier fondé par un français d' Haiti vers 1800; il n'y a rien de bien spécial à voir sinon qu'il n'y a plus trace de caféiers dans les alentours. Bref le routard aurait pu se dispenser de nous inciter à faire cette promenade .

Au retour le pot d'échappement s'est mis à faire du bruit et quand plus tard nous avons rendu la voiture ,en entendant le bruit d'échappement la mégère de l'agence nous a accusé d'avoir mis du diesel dans le moteur, au lieu de spécial . Il n'y a pas de spécial dans toutes les stations d'essence seulement du normal ( indice octane 90 au lieu de 94 pour le spécial ) et la voiture avait bien roulée . Il s'en est suivi une heure de palabres orageuses ( Jacques était rouge de colère et le ton montait) avant que des mécaniciens disent que nous n'y 'étions pour rien et nous avons pu récupérer la caution . Seul point positif , la mégère a dit ( aux autres ) que je parlais très bien espagnol !! ( N'allez pas à Cubatour si vous le pouvez).

 

Mercredi midi

 

hier nous avons fait les courses au marché ,il y a pas mal de légumes mais peu de fruits a part des bananes et des oranges pas très bonnes ( beaucoup de fibres ). Nous avons reculé devant la viande de porc mal découpé et acheté deux pilons de poulet frit à une petite boutique de rue ( 20 pesos cubains chaque , comme les cubains prennent des portions à 10 pesos, nous avons évité la queue.

Nous avons aussi réussi à acheter du pain suave , comme il n'y avait pas de pain dur des cubains sont repartis.

Nous bricolons le bateau pour partir demain matin.

 

Jeudi soir en mer

 

Ca y est , nous sommes partis de Cuba . Les formalités ont été rapides , mais avec un retard de deux heures sur notre demande ; décidément les autorités font tout pour décourager les visiteurs en voiliers ; ils y réussissent bien car en 2006 , il y avait eu environ 300 bateaux a passer par Santiago contre 147 en 2010 et 2011 s 'annonce en baisse.

Notre dernière soirée s'est bien passée ( sauf que nous n'avons pu envoyer le blog , car nous ne pouvions pas utiliser la clé USB , blocage de son utilisation ); Nous avons assez bien mangé au restaurant los matomoros avec deux chanteuses qui ont chanté presque une heure . Puis nous sommes retournés a la casa del bolero ou Am a beaucoup dansé , l'ambiance y est vraiment sympa , meme si ils nous ont vendu un disque inaudible .

Nous venons de voir le rayon vert ; il n'y a pas de vent mais une grosse et longue houle chahute le bateau , curieusement le peu de vent vient d'ouest.

La nuit s annonce longue....

Partager cet article
Repost0

commentaires