Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 09:19

 

Bonjour

 

Pendant que le bateau se repose au sec , ( départ prévu fin aout vers la Grèce ), nous commençons a visiter les terres méditerranéennes , à commencer par la Tunisie , ou nous avons vécu et travaillé il y a bien longtemps .

 

Nous avons choisi la formule de logement chez l habitant , pour pouvoir discuter avec nos hotes et nous avons été enchanté de cette formule .

Tous nous ont dit que la chute du tourisme était une catastrophe et que nous devions faire de la publicité pour la Tunisie . C'est pourquoi nous avons rédigé ce journal

 

Ce qui est très bien en Tunisie , outre les paysages , c'est que beaucoup de tunisiens parlent encore très bien le français , c 'est le dépaysement mais sans problème de communication . Et comme le premier effet de la révolution a été de libérer la parole , nos hotes et amis parlaient de tout avec beaucoup de liberté . Autre avantage , compte tenu du cours de change le cout de la vie pour nous est moitié moins cher qu en France le prix en dinar en euros et on a 2 dinars pour un euro : FACILE

Touts nos hotesses ont rivalisé pour nous faire de la bonne cuisine traditionnelle , pas trop épicée

 

En conclusion , allez visiter la Tunisie ,maintenant , les démocrates ont besoin de nous et il y a très peu de touristes ;

 

 

Samedi 10 mars

 

Partis de Paris sous la pluie nous arrivons à Tunis avec le même temps

dans l avion les tunisiennes voilées étaient peu nombreuses; notre voisine tres élégante, genre businesswoman, nous a dit qu'à cause des libyens et des étrangers la Tunisie est moins sure qu avant et qu il faut faire attention

Dans le hall nous voyons nos premiers burquas : impressionnant voire terrifiant; nous attendons prés d'une heure les bagages

nous récupérons la voiture que nous avions réservée et après des tours et détours dans la banlieue de Tunis nous arrivons chez notre logeuse

il y a beaucoup de voies rapides et d échangeurs et la signalisation est sommaire ; nous avons du mal à trouver; finalement un monsieur bien aimable nous a emmené jusqu'à au bloc d immeubles de la logeuse ,El Menzah,quartier de Tunis .

Nous sommes reçus par Delissa , la maison est une villa sans jardin avec deux étages , nous disposons d une chambre , d'une salle de bains et d une terrasse ( hélas peu utile en raison du temps )

Une fois installés nous faisons une petite visite du centre de Tunis pour aller revoir notre maison; nous la retrouvons inchangée et nous avons une petite discussion avec un monsieur qui était ferronnier juste en face , les gens sont gentils et parlent un français remarquable

Delissa nous offre un repas copieux avec tajine tunisien ( tres diffèrent du tajine marocain: c est une espèce de flanc lié à l'œuf avec des légumes ) viande ,mechouia et ,pour dessert,des oranges délicieuses

Dimanche,après un tour immense de Tunis car nous n avons pas trouvé les bonnes routes nous visitons le musée du Bardo ;en fait ce n était pas loin mais avec les voies rapides dont on ne savait pas sortir ,on a été très au sud . Le musée est en travaux et beaucoup de salles sont fermées , seules des salles de mosaïques romaines sont ouvertes , heureusement un guide nous a fait entrer dans des salles fermées , celles qui ont gardé le style du palais original , avec aussi de belles mosaïques romaines . L ' intérieur du musée sera entièrement refait , en principe ouverture dans 6 mois .

 

Monstre marin banquet

 

Nous rentrons à la maison pour un repas de couscous poisson et salade tafky ; notre hôtesse est originaire de sfax , dont la spécialité est le poisson ( mais aussi les pâtisseries )Discussion avec nos hôtes : ils disent que l ampleur des vols de Ben Ali n a été connu qu' après sa fuite et s'il est parti si vite, c est qu il craignait pour sa vie ( complot ? )

l après midi nous visitons Carthage ( thermes Antonin , villa romaine et musée

puis visite de sidi bou said ; il y a peu d'étrangers ,quelques tunisiens, même les boutiques à souvenirs sont fermées; mais c'est bien joli avec des maisons blanches aux volets et balcons bleus . Nous visitons une belle maison traditionnelle

 

 

sidi bou said musée de la maison traditionelle

 

En soirée, nous essayons d aller a la corniche de La marsa recommandée par nos hôtes , ou il est sensé y avoir une animation nocturne mais il fait déjà nuit et nous ne trouvons pas la route , après deux traversées de la ville nous renonçons et et allons manger àTunis sur l avenue bourguiba restaurant tres moyen : le Parnasse

 

 

lundi

le matin nous allons à l artisanat qui se trouve dans le quartier de Denden . C est un grand bâtiment avec beaucoup de petits ateliers divers : cuir , babioles , céramique et mosaiques ( 8 jours pour faire un portrait ) , peinture sur verre ( the ) et tapis ,bien sur ; nous avons acheté un mergoun de 6 m carre ( Kairouan ) '(450 dinars) aux couleurs naturelles ;nous le trouvons très beau . Hélas, nous mettons

1h 20 de voiture pour aller garer au monoprix ; la circulation est démentielle, car les tunisiens essayent de forcer le passage à chaque carrefour ce qui a évidement pour conséquence de les bloquer . Certaines rues en double sens ne sont pas assez larges pour cela ,compte tenu des voitures stationnées ; mais les gens tentent de passer quand même

 

A l entrée de la médina nous sommes pris en charge par Azziz ,un jeune tunisois pour aller au restaurant ; il nous enmène chez sa sœur qui vend des huiles essentielles et nous actons pour 15 dinars d'essence de de jasmin ;Aziz est désagréable dans ses demandes d argent et nous sommes contents de nous en débarrasser ; du coup ,nous trouvons tout seuls un restaurant conseillé dans la casbah :

c'est un tres bon restaurant dans un très joli cadre (un ancien palais) et nous mangeons pour 85 dinars ( 1 euro =2dinars) avec entrée petits brick divers , agneau au four et dessert et café , dans la médina ils ne servent pas de vin seulement de la bière sans alcool

 

 

restaurant dar el jeb souk des djelabahs

 

 

 

 

Ensuite zigzagdromie dans les souks : moins d artisans que dans le passé , plus de revendeurs de produits pour tunisiens et assez peu de boutiques a touristes ;

Pour finir nous prenons un thé a la menthe sur la place de France en regardant le pourcentage de filles voilées et les différents styles de voiles (il y en a tout de même beaucoup)

patisseries corbeille de mariage

Le retour a lieu dans les embouteillages ; une heure depuis le parking de monoprix

le menu du souper est :soupe ,tajine et viande avec un œuf dessus ,et toujours oranges en dessert

 

mardi

parti à 9H nous arrivons à Sousse à 11 H sans aucun pb : l'autoroute est en tres bon état ;nous parquons le long de la muraille 5 dinars après négociations ( on se fait surement avoir )

visite du ribat , de la mosquée , puis montée vers la casbah a travers les souks et les ruelles ; tout est propre, pas beaucoup de commerçants peu agressifs( babouche a 5 dinars) mais peu approvisionnées , dans le haut quelques beaux bijoux , les commerçants nous interpellent en allemand ,

 

 

casbah ribat

cordonnier ruelle de la medina

 

nous déjeunons dans un petit restaurant pas terrible à l extérieur de la médina en bas de la casbah mais menu a 10 dinars : 2 mini bricks et couscous avec un pilon de poulet sans goût

déception le musée est fermé ; du coup on va visiter le musée dar esedin ancienne maison du bey, c'est très bien

 

musée chambre de la premiere femme entrée

 

 

 

 

On repart direction Kairouan pour récupérer l autoroute .

le paysage est une plaine à peine vallonnée couverte d oliviers assez espacés( au moins 20 mètres)

nous faisons un court arrêt à El Djem pour voir les arènes ,visibles de très loin c'est impressionnant 45 000 places alors que l actuel bourgade ne doit pas compter plus de 5000 habitants .

après la sortie de l autoroute à Sfax nous cherchons notre route; nous avons la chance de trouver un taxi que l on suit jusqu'à 'a la maison de nos hôtes : grande et belle villa ou nous sommes accueillis par Selma

le diner est délicieux :soupe avec des herbes, de la viande bouillie des pâtes et un peu de gingembre frais accompagnée de brick en cigares ( sans œufs )

ensuite viande marinée et légumes a l'eau ,dessert marocain tranches d orange et crème parsemée d'une poudre jaune?

nous avons,avec nos hotes, une longue discussion sur la révolution qui a donne la liberté mais maintenant tout est désorganisé et certains regrettent l ordre ; d'après eux, la pagaille dans les rues s'explique parce que la police n intervient plus, la grève des phosphates a fait perdre beaucoup de rentrée de devises , le smic est a 250 dinars .

Nos hôtes ,musulmans modérés, craignent l islamisme importée,disent ils, par des extrèmistes souvent étrangers qui piquent l argent en disant aux autres de s occuper de Dieu; pour eux,, les salafistes sont des hypocrites et les voilées profitent du voile pour faire des écarts de conduite ...

 

mercredi

départ 9h pour kerkenah ,derrière la voiture de Dehli,le mari de Selma, qui nous emmené jusqu'aux bureaux du bateau l embarquement commence a 9 H 50 , et dure longtemps car les voitures se croisent dans tous les sens

la mer est calme et le vent léger , nous passons la traversée sur le pont et arrivons a sidi Youssef peu après midi ; le chenal d arrivée est étroit , et on voit tout autour des palissades de palmes fichées dans la mer . Elles servaient pour la pèche .

nous laissons passer les bolides( les tunisiens sont souvent nerveux au volant) et allons tranquillement vers la pointe nord est de l 'ile ,

l ile se compose en fait de plusieurs toutes petites collines séparées par des lagunes; il y a pas mal de petits villages tous atteints d'une frénésie de constructions en briques , ce qui fait que ces villages ne sont pas particulièrement jolis ;

entre les villages, la campagne est une palmeraie très clairsemée .Nous nous arrêtons au village de Rampa pour aller sur une jetée voir de petits bateaux de pèche .

Beaucoup sont échoues sur la plage de vase , car nous sommes à marée basse et compte tenu de la faible déclivité la mer se retire assez loin. Nous arrivons finalement au village du nord est Al Ataya , nous allons a un premier port assez grand et bien protégé par des digues ou quelques barques débarquent leur pèche :l un a 2 casiers de petits poissons ( loups, dorades et poissons divers ) et l autre deux casiers de poulpes ;ces pêcheurs sont contents de leurs prises .

Ils nous disent qu un peu plus au nord il y a une autre marsa avec un chantier de barques

nous y allons après avoir demandé le chemin au marchand d oranges prés de église; c'est le plus beau coin de l ile :mouillage protège par une petite ile , une jetée avec une vingtaines de barques, l une d entre elles amène des poulpes, une autre arrive à la voile , elle a péché des petits poissons , une camionnette frigorifique achète directement les poissons à chaque barque ; c'est un bel endroit

ensuite il est temps de rentrer prendre le bac .

 

 

 

 

 

 

 

 

Échouage village

 

 

 

 

madrague marabout

retour de peche voilier

 

 

A l arrivée nous allons au café diwan à l'entrée de la médina ou nous attend alfed (le mari de Selma) pour nous montrer le chemin de sa maison , en fait il joue au jacquet avec son frère en fumant le narguilé , . Ils finissent juste à temps pour aller faire une courte prière à la mosquée toute proche . Puis nous rentrons en suivant sa voiture .il va à la mosquée le soir quand il a le temps,nous dit il, , seule la prière du vendredi est obligatoire .

Le repas est toujours aussi bon : soupe avec des morceaux de viande et des bricks ( le jaune doit goutter dans la soupe ) , puis couscous au poulet puis gâteau fait par Selma

Nous parlons longtemps avec selma et alfed

il y a un certain regret de la sécurité de l ère ben ali , même si par ailleurs ils trouvent que c'était un voleur et qu il a pillé l 'état et de nombreux tunisiens aisés dont il "confisquait "le bien convoité (.en particulier un cousin à Ben ali a piqué un contrat intéressant a notre hôte, petit homme d affaires) .

 

JEUDI

 

Départ à 9 H pour visiter le médina de sfax avant notre descente dans le sud ,à Tozeur; Le guide vert Michelin n en disait pas grand bien, en fait elle nous a paru tres bien , elle est entourée d'une belle muraille , elle est tres propre , il y a deux rues commerçantes principalement de vêtements ; les rues sont tres étroites certaines ne font guère plus d'un mètre de large . A la porte nord est il y a un beau marché , dont une grande halle aux poissons

les marchands sont spécialisés par espèce de poissons : sardines , petits loups , petites dorades ,sortes de gobies verts , poulpes et calamars , requins

la ville moderne a de beaux batiments d'une dizaine d étages , sfax semble une belle ville

 

le soir dans la medina variantes

graines marchand de variantes

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite nous partons vers Gafsa , la route est belle , rectiligne au milieu d oliveraies certaines anciennes , d autres neuves . Seul incident un barrage de manifestants qui bloquent le route ; il a fallu le charme d'AM pour qu'ils nous laissent passer (et seulement nous ) ; à noter que chaque village est muni de dos d âne pas toujours bien signales et tres raides

 

 

 

 

un peu avant Gafsa le paysage devient désertique avec, en arrière plan, des djebels sans aucune trace de végétation

nous arrivons à Tozeur vers 15 H , en avance sur le rv a avec nos hôtes; nous en profitons pour visiter la vieille ville ,

un quartier a été rénové dans l architecture typique du djerid :constructions de petites briques ocre , avec parfois des dessins réalisés en relief. Salem nous emmène visiter le quartier par amitié , c est un bon guide puis nous emmène dans son magazin , evidement sans obligation mais par sympathie nous achetons de petits bijoux en argent après avoir bu un thé à la menthe .

Ensuite nous visitons le petit musée traditionnel avec une guide très sympa qui nous récite des poèmes , puis nous déguise en mariés traditionnels

tozeur maisons en briques de terre jeunes mariés

 

nous retrouvons notre hôtesse ,Zeida qui a une petite maison neuve . Elle es habillée élégamment mais avec un foulard rose drapé autour de la tête et du cou ; elle est musulmane pratiquante Son mari arrive bientôt , c'est un militant du parti démocrate et il nous parle aussitôt politique .

Il est très critique par rapport au gouvernement et au parti majoritaireEnnada qui semble vouloir s accrocher au pouvoir sans beaucoup le partager , au lieu de faire un gouvernement d union nationale jusqu aux prochaines élections, après le vote de la nouvelle constitution .

Il pense que tous les partis démocratiques vont de rassembler . Pour lui, Ennada pour gagner les élections a fait croire que les partis démocrates étaient opposés a la religion alors qu ils se veulent tous musulmans . Il est évidement contre toute référence à la charia , charia qui n'est pas inscrit dans le coran car il y a de nombreuses charias selon les différents pays;Il pense que le coran n a pas fait la loi musulmane , c est aux hommes a la faire en fonction de l histoire ; les salafistes veulent retrouver le mode de vie du temps de Mahomet, ce qu'il juge anachronique .

Seida elle a voté ennada ; elle a trouvé que le fonctionnement du parti de son mari n était pas démocratique avec les gens envoyés d en haut ; de plus le candidat local un instituteur n était pas aime alors que le candidat de ennada était tres apprécié ; Elle reproche a l opposition de critiquer le gouvernement au lieu de remettre le pays en route; Âpres la révolution les temps ont été difficiles : problème de sécurité car la police se cachait , problèmes de ravitaillement car les routes étaient coupées par des grévistes ; comme je lui disais qu ennada n était pas clair avec les salafistes , elle dit que c est a cause des élections et qu ils ne veulent pas les braquer , mais elle est sure que personne ne pourra remettre en cause le droit des femmes ; elle est contre la burqua ( que ces femmes restent chez elles ) , elle est pour un islam tunisien mais elle très attachée aux droits des femmes ,comme beaucoup de tunisiennes tunisiennes.

 

REPAS soupe assez épicée ; pizza berbère et escalope de veau ( la pizza berbère est une pâte a pizza sous forme de crêpe avec un farce à la viande épicée arrosée d huile d olive

 

vendredi

circuit dans les villages de montagne

départ vers 9 H

Apres 8 kms , la route longe un chott , ce sont alors de longues lignes droites avec en toile de fond au loin un djebel jaune et ocre . Heureusement la monotonie de ces 60 kms est coupée par le rencontre de deux groupes de chameaux sauvages ( il y a des panneaux signalant danger croisement de chameaux ) Nous apprendrons que en fait l éleveur de chameaux les laisse en liberté mais qu il connait ses bêtes et les éventuels petits; les chameaux représentent sous doute les seuls vrais dangers pour les voitures la nuit sur ces routes

 

une oasis vu du chott danger du chott

 

 

 

Nous arrivons d abord à Chebika petite oasis au pied du djebel, alimentée par une source de 30 litres minutes qui sort d une gorge . Un guide officiel nous emmène jusqu'à ' à cette source , il n est pas indispensable mais nous fait un commentaire parfait ; il nous indique notamment qu il y possibilité de chambre d hôte et de promenade a pied dans la montagne à la recherche de fossiles ; le djebel est un massif avec des mines de phosphates et beaucoup de fossiles coquilliferes . Il y a 50 ans le village était encore sur son éperon rocheux , aujourd'hui hui il n'en reste que des ruines les maisons ayant été détruites par des pluies torrentielles en 69 ( comme d ailleurs toutes les villes et villages du djerid )

 

 

 

 

 

vues de l atlas

 

oasis de chebika canyon source de l oasis

 

 

 

 

 

 

 

Nous repartons vers Tamerza par une belle route en lacet qui s élève sur le djebel , avec une vue magnifique sur le choott et les petites oasis au pied du djebel Nous nous arrétons 'à la grande cascade de Tamerza , pas mal mais environnée de boutiques a touristes; Un jeune garçon nous demande si nous pouvons le ramener à Tamerza 3 kms plus haut:", oui bien sur" ; pour nous remercier il nous promet des dattes ; arrivés chez lui il nous fait entrer nous offre le the et sa sœur essaye de nous vendre des collier en os de chameau , beaucoup trop cher pour ce que c 'est : 60 dinars , nous refusons mais le jeune se propose de nous guider dans l oasis et surtout de trouver la route de Rommel qui ne serait pas fléchée . Nous fixons le prix à 20 dinars et nous partons . Tamerza nouveau est un grand village avec un immense hotel fermé actuellement .

 

Tamerza le vieux village

 

Il nous enmene au vieux village ( ruiné ),nous guide vers Midès pour voir la cascade ,les gorges et le très joli oasis, puis nous partons pour Redeyef ou commence la route dite route de Rommel. Dans Redeyef , il nous fait passer dans la ville et nous ne saurons pas si la route est fléchée depuis la route principale . Après quelques kms la route atteint le bord du djebel ( altitude environ 700m ) et plonge vers le chott ( altitude moins 10 m ) : c est très beau avec des montagnes totalement nues et des couleurs ocres magnifiques . La route descend vers Segoud , groupe de petites oasis qui semblent nouvelles car très géometriques (. nb pour faire la route vers le nord a partir de la route un peu avant Chebika direction Segoud à droite)

 

 

 

vues de la route de rommel

 

Nous revenons en longeant le djebel jusqu'à à Chebika ou nous laissons notre guide qui travaille dans une parcelle appartenant a son grand père depuis qu'il a obtenu son bac ; il n'avait pas envie de continuer des études .

Nous allons vers une petite oasis en direction de l 'Algérie jusqu'à un poste frontière , nous faisons demi tour et nous apprêtons a photographier un jeune chameau quand un militaire arrive en brandissant une mitraillette ; il est interdit de photographier mais il nous laisse quand même photographier le chameau sans descendre de la voiture .

Puis nous rentrons à Tozeur en faisant un détour sur la route de Kebili pour voir un chott tout plat (70 Kms de route) , juste du sable mouillé et des croutes de sel : impressionnant mais la route est belle et sans comparaison avec celle que nous avions faite dans le temps avec la crainte de s'enliser en quittant la piste de sable mal balisée .

Au repas du soir nous avons du couscous de chameau ; c'est une viande filandreuse mais avec du goût . et nous terminons la soirée une longue discussion avec Selh et Seida sur l islam ; il est peu croyant mais respecte le ramadan par contre il boit de la bière . Il dit que seul le coran a été dicté par Dieu , la sunna ( le recueil des hadiths ou paroles du prophète,) n'est pas garantie objective ; pour le coran le prophète aurait réuni tous les écrits recueillis pas ses écrivains ( le prophète ne savait pas écrire ) il a établi la version définitive et a fait bruler tout le reste ; le coran a donc pu rester pur ; il n a pas voulu écrire les hadiths qui pour Selh ne sont donc pas sacrées mais résultent des écritures d'hommes "saints" .

 

Samedi

toujours vers 9h départ pour Nefta après encore une longue discussion avec Selh qui aime beaucoup parler ( Seida le contredisant parfois ) la route est une longue ligne droite en bordure du plateau ; en contrebas à la limite du chott s'étale une oasis . Nous faisons le tour de cet oasis,appelé " la corbeille" vaste dépression circulaire avec une petite échappée vers le chott et la grande oasis . Beaucoup d hotel ont été construits et sont fermés mais les forages réalisés pour les alimenter en eau ont réduit le débit des sources et l 'oasis n'est plus alimentée que par un filet d'eau , les cultures sous les palmiers ne sont donc qu'éparses . Un guide nous fait visiter l oasis puis la médina mieux restaurée que celle de Tozeur .Il est intéressant nous racontant beaucoup sur la ville et les cultures de l oasis :

150 000 palmiers font vivre environ 3000 personnes ce sont essentiellement des métayers qui la cultivent; ils gardent 20 pour cent de la récolte de dattes et les légumes ; le propriétaire paye l'eau ( payante depuis qu'elle vient des puits artésiens ) et les engrais . La fécondation des palmiers va bientôt avoir lieu , elle nécessite de grimper en haut d'un palmier pour y cueillir des fleurs mâles puis monter sur un palmier femelle pour y fixer la fleur mâle au milieu des fleurs femelles.

Malheureusement nous ne verront personne monter en haut du palmier , la spécialité du djerid étant que les gens montent au palmier sans assurances . Nous ne verront que des fleurs mâles cueillis et le pollen , poudre blanche tres fine qui fertilisera les fleurs femelles ; sans fécondation les palmiers ne donnent que des mauvaises dattes . IL y a 50 espèces de dattiers qui donnent des dattes a des époques variées ,presque toute l'année . Les meilleures sont les deglat nour ( personnellement le n aime pas beaucoup les dattes )

Nous refusons d aller voir les dunes voisines dont le guide vert dit qu'elles ne sont pas extraordinaires et rentrons à Tozeur pour aller errer un peu dans la palmeraie . Nous garons la voiture près du Sahara lodge ( il y a un parcours d'"accro-palmiers") et partons a l aventure sur les chemins ; l oasis n'est pas abandonnée mais il y a peu de cultures et les palmiers n ont pas bonne mine , nous leur voyons peu de fleurs ou de dattes .

Cela n a plus rien a voir avec les jardins d éden de nos souvenirs : effet des forages qui alimentent les très nombreux et énormes hôtels , actuellement presque tous fermés et le golf oui, un golf !! . Par ailleurs il commence à y avoir beaucoup de parcelles bien closes par de hauts murs abritant des villas de résidences secondaires d 'étrangers .Heureusement pour nous que tous les hôtels sont vides ( ou fermés ) car il y aurait plus de touristes que d'habitants ; et il y a encore de nouveaux projets d 'agrandissement de la zone touristique ,ce qui serait une grosse erreur vu les capacités de visites de ce secteur . Nous allons ensuite au" paradis" , jardin sans grand intérêt et avec un petit zoo habité par une dizaine d espèces du désert . Nous allons ensuite au belvédère parc d attraction sans aucun intérêt . La visite de Tozeur ( sans la visite du musée dar el cheirat fermé ) ne mérite au plus qu'une demi journée mais il est possible de flaner dans l'oasis .

Repas du soir avec de la salade, des bricks ( am prend une leçon ) et des spaghettis épicés avec de la viande de chameau .

 

 

chott

 

 

 

 

 

marche de tozeur nous avons acheté du safran une ruelle de la mediina

 

 

Dimanche , le retour

 

nous partons à 8H 30 après encore des discussions sur l enseignement qui serait en décadence : mauvais profs , classes nombreuses ( 35 élèves ) et des élèves qui vont dans le supérieur sans le niveau , on se croirait en France ; les 2 premières années du primaire se font en arabe , puis il y a des cours de français a compter d une dizaine d heure par semaine . Si tous les tunisiens ne parlent pas français couramment , beaucoup le comprennent et le parlent bien .

Selh dit qu'avec un peu d attention il comprend tres bien l arabe égyptien , il faut dire que les feuilletons de la télé sont soit syriens soit égyptiens et que cela facilitent la compréhension de l arabe égyptien.

Jusqu'à à Gafsa la route est bordée de steppes désertiques , puis au nord de Gafsa les oliviers deviennent nombreux, avec des cultures de fèves a proximité des châteaux d 'eau . Il y a de nouvelles plantations d oliviers mais aussi d'amandiers, d'abricotiers ,de péchres....

Nous arrivons à Kairouan à 12 H 30 , à temps pour visiter la grande mosquée ; elle est vraiment grande avec une cour immense bordée de galeries soutenues d'innombrables colonnes (venant des ruines romaines) et vers la Mecque une immense salle de prière , que nous n avons le droit de regarder que de l extérieur dont le sol est couvert de tapis de Kairouan évidement ;dans cette salle ,un petit quart de l'espace , non visible par les hommes,est réservé aux femmes . La visite est donc rapide , notre guide qui s est inséré dans notre visite nous emmène ensuite dans un tour très rapide de la médina surtout au puits de bir bitouna ou un chameau fait tourner une noria contre quelques pièces, un tisserand qui vend de belles nappes ( 50 dinars pour 4 M carré) et un marchand de tapis très vendeur et prés a faire des prix;, un beau tapis jaune nous tente mais nous ne pouvons pas le ramener et pour prix du the offert nous achetons un tout petit tapis pour 10 dinars..Après avoir payé notre guide ( 20 dinars pour deux heures , mais c'est aussi deux jours de salaire au smic ) , nous repartons faire un tour à notre guise, seuls . La médina est propre , nous mangeons dans un fast food local , d un petit pain farci aux légumes , assis sur un tabouret face au mur , c est pas mauvais . Un monsieur nous indique un artisanat local dans un ancien palais du bey , nous y sommes bien accueillis , voyons une belle pièce avec des murs en céramiques mais comme nous disons que nous ne voulons rien acheter , nous sommes poliment ramenés à la porte sans pouvoir visiter toute la maison . L hospitalité des marchands est limitée .

 

 

 

 

La mosquée

 

la medina le petit fast food a petit pain garni

 

 

 

Nous repartons à 16 H en direction de l autoroute ramenant à Tunis , la route est belle mais fréquentée aussi nous décidons de passer par Zaghouan : la route est bonne , vide et traverse un beau paysage de collines vertes , mais il n'y a plus de fleurs comme dans le temps (ce n'est peut être pas exactement la période) .

Nous arrivons vers 18H chez Delissa ;

Le diner est toujours aussi bon et copieux : tajine tunisien, soupe à l orge ( genre tapioca ) , salade de légumes et ojja à l'œuf ( sorte de mechouia )

Nous discutons longuement de la politique tunisienne et des salafistes ; nos hotes sont musulmans ,mais très modérés et anti extrémistes; leur fille ,resolument moderne étudie la dentisterie et nous parle de ses études : 3 étudiantes viennent en niqab , ce qui complique leurs études ; plus tard ,disent elles, elles ne soigneront que les femmes et les enfants de moins de 11 ans; elle ne comprend pas pourquoi elles ne restent pas chez elles si elles ne veulent pas être vues , ( elles portent des gants spéciaux pour les soins et un masque chirurgical )

 

 

Lundi

Nous arrivons à aéroport à 9h , le jeune de l'agence de location est là pour la voiture; nous enregistrons sans problême et passons la police (petite queue ) puis le contrôle ( rapide )

après 2H 20 de vol , nous arrivons à Paris ; les bagages sortent vite ;l'avion n'est qu un A 320

 

Il ne nos reste plus qu' à dérouler notre tapis et à classer nos 1700 photos !

Partager cet article
Repost0

commentaires