Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 11:34

open office refusant de corriger les textes français , vous voudrez bien excusez les fautes de frappe , les fautes d'accord sont de notre fait bien sur

Jeudi 30 juin à quai à la marina de Kusadasi

Après une sortie en louvoyage dans le détroit de Samos, nous avons rejoint Kusadasi avec un vent virant au nord ouest .

L' arrivée dans la marina a été sans problème et après avoir fait les formalités de port nous avons loué une voiture pour aller visiter les sites archéologiques de la région .

Il continue à faire très chaud

Dimanche 3 juillet même place

Ce furent 3 jours chargés : 7 sites archéologiques , 2 musées, un vieux village, un site naturel et une admirable route de montagne

Reprenons ; nous avons commencé par Ephèse , c'est un des sites romains des plus connus et il est remarquablement aménagé ; arrivés les premiers , un chauffeur nous a proposé de nous emmener au parking sud , sous réserve d'aller voir ensuite un magasin de cuir ; cela nous évitait un aller et retour ; comme il était sympa , on a accepté. Nous sommes donc descendus le long de la ravine, épine dorsale du site et voie sacrée ; Autour il y a de nombreux monuments bien mis en valeur , et avant d'arriver à la bibliothèque de Celsius ( dont la photo figure partout ) nous avons visité les anciennes maisons ; c'est un grand quartier bien fouillé , protégé par un toit -couverture . Il y fait bon et les maisons sont bien conservées , avec pour certaines des fresques ; cela vaut Herculanum .

Ephèse fut une grande cité et un port très actif , jusqu'à son ensablement , la mer est maintenant à une dizaine de kms . Ville riche , les monuments sont nombreux , l'agora est immense , le théâtre très grand et bien restauré.

Après 2 bonnes heures de visite ( heureusement avec peu de monde ), nous avons retrouvé notre chauffeur qui nous a guidé jusqu'au magasin ; Nous étions bien décidés à ne rien acheter , mais AM a craqué sur une jolie veste beige en cuir très fin ;

Nous sommes ensuite partis pour Pamukkale ; ce site est célèbre pour un immense cirque de travertin blanc , déposé par l'eau coulant en cascade sur les falaises . Il y a pas mal de visiteurs qui marchent pieds nus, sur un chemin montant en haut de la falaise . L'eau coule un peu partout ; des vasques ont été aménagées , peu profondes dans lesquelles les gens se baignent . C'est sympa . Le site a été en partie aménagé par les romains qui avaient construit sur le plateau une grande ville" Hiérapolis"dont les ruines sont dispersées sur une vaste étendue et le site est peu restauré , à l'exception du théâtre, qui a retrouvé tout son mur de scène . Le petit musée est intéressant et présente de belles statues .

Nous avons passé la nuit au Venus hôtel , très agréable ,joliment décoré, avec une bonne cuisine,et nous avons assisté à la déroute des belges devant les gallois .

Le jour suivant nous nous sommes levés de bonne heure pour aller voir les ruines d'Aprodisias, situées à environ 80 kms . Le site est très grand , sur une grande surface plane ,avec de beaux restes de monuments , notamment le stade entièrement entouré de gradins , le temple de Venus a de belles colonnes , le théâtre a encore une grande partie du mur de scène . Il y a des agoras avec des colonnades et le musée a une quantité de hauts reliefs célébrant les empereurs et leurs victoires . Bref un beau site qui vaut bien Ephèse .

Nota tout autour du site il y a des champs de safran ou des groupes de femmes faisaient la cueillette.

Nous sommes repartis et comme nous avions un peu de temps nous décidé de passer par Tire qui selon le guide du routard avait de belles maisons ottomanes .Après s'être un peu perdus dans Aydin , une ville de 100000 habitants , nous avons pris une route qui traversait la montagne; sur notre plan le relief n'était pas indiqué .Eh bien nous sommes montés jusqu'à 1330 m , par une route étroite et sinueuse avec des paysages somptueux . Toutes les pentes ( très raides ) sont cultivées avec des oliviers , des figuiers et des noyers .(Hélas les figues n'étaient pas encore mures) . C'est une des routes les plus belles que nous ayons faites . Mais à Tire , petite ville avec un centre délabré et de grands immeubles modernes en périphérie , pas moyen de retrouver les indications du guide .

Nous sommes rentrés au bateau.

La route entre Ephèse et Dennizeli est très fréquentée , voitures , gros camions et de temps a autre tracteurs , c'est une 2 fois 2 voies , avec de nombreux feux rouges dans les villes traversées , la vitesse moyenne est donc faible , en gros 60 KMH . Je n'ai pas regardé autre chose que la route , juste un coup d'œil pour voir qu'elle était dans une grande et large vallée très plate , entre 2 chaînes de montagne; il y a de nombreuses villes , toutes avec des immeubles qui ne seraient pas mal si ils n'étaient pas tous identiques par blocs . Les urbanistes turcs recréent des cités hlm que nous détruisons en France !

Dimanche nous sommes partis vers le sud pour voir Priène, Milet et Didyme .

Priène a été une des premières cité grecque a être bâtie avec des rues se coupant à angle droit bien que le site au pied d'une grande falaise soit très accidentée . Le site est très ruinée , de nombreux pins y poussent ce qui donnent un ombrage bienvenu . Comme d'habitude les monuments les mieux conservés sont le théâtre , le bouleutherion ( pour faire simple: un micro théâtre ) et les thermes , il ne reste du temple d'Apollon que 2 colonnes debout et un nombre impressionnant de tambours de colonnes .

Nous étions seuls à nous y promener , ce qui fait que le site nous a plu . Millet est totalement diffèrent , la ville était construite dans la plaine , prés du bord de mer qui s'est peu à peu ensablé et a pas mal reculé . Les ruines sont dispersées au milieu d'un terrain à l'abandon , ou poussent les arbustes et les chardons ; Elle a été un peu fouillée mais il semble que tout soit abandonné , les restes du théâtre sont cependant impressionnant ainsi que des thermes . Didyme n'était pas une ville , mais le sanctuaire d'Apollon ou les prêtres prédisaient l'avenir . C'était un temple colossal avec sur le pronaos beaucoup de colonnes ( enfin il reste les bases ) , très rapprochées , l'effet devait être voisin de celui des temples égyptiens . Pour la première fois depuis Ephèse , il y avait des visiteurs turcs pour la plupart .

Après un repas correct au restaurant en face du temple , nous sommes repartis pour voir le village de Sirince un peu au nord de Selcuck et d'Ephese . C'est un petit village de montagne ( la route d'accès est belle ) avec des ruelles pavées , des escaliers , des maisons dans le style ottomans ( balcons en bois ) et reste du temps d'avant 1920 des églises . L'ensemble a du avoir du charme , mais le village s'est transformé en souks à souvenirs et restaurants , il y a un monde fou ; probablement comme les turcs ont rasé beaucoup de vielles maisons , ils viennent voir le dernier reste de leur patrimoine .

NB dans tous cette vaste régions du sud ouest de la Turquie , nous avons vu très peu de femmes voilées ;même dans les villes non touristiques ; Dans les villes touristiques les filles sont aussi court vêtues qu'en France et les gens ressemblent à des européens .

Lundi 4 juillet mouillage de Kormen Adasi

Nous sommes partis ce matin vers 10h , après avoir fait les dernières courses et les formalités du check -out ( cout de l'agent 70 euros )

Nous avons alterné voile et moteur dans un vent entre 5 et 10 nœuds ; à 2H nous rentrions dans le golfe de Sigasik , quand le vent a démarré très fort : rafales à 30 nœuds , alors nous sommes retournés au mouillage de Kormen Adasi que nous avions dépassé de fort peu . . Le mouillage est joli et bien protégé , malgré les rafales qui le traversent ; nous sommes mouillés sur du sable dans 3 m d'eau . A notre arrivée il y avait 3 gulets qui sont repartis à 15H ; un voilier nous a rejoint .

Le vent a forci dans l'après midi : trop fort pour se baigner à cause des vaguelettes qui déferlaient autour du bateau

Mardi 5 juillet mouillage de Kirkdilim , à l'ouest du cap ince (burnou )

Pour éviter d'avoir trop de vent , nous sommes partis à 7 H45; à 8H30 il a fallu prendre un deuxième ris avec un vent force 5 ; en approchant du cap les rafales sont devenus de plus en plus fortes ; au fond de la baie à notre arrivée nous avons eu un bref moment sans vent ; puis le vent a tourné nord ouest dans l'axe du mouillage et il est resté tout l'après midi à plus de 22 nœuds . Heureusement , le plan d'eau est resté plat ; là encore ,trop de vent pour se baigner ,même pour débarquer .

Nous avons donc bullé au bateau dans un joli cadre sauvage et absolument désert .

Pas de téléphone .

Mercredi 6 juillet mouillage dans la baie d'Emporio sud est de Chios

Nous sommes partis encore plus tot , à 6H 15 pour gagner de vitesse le plus fort du meltem. Le temps de hisser les voiles nous étions à la sortie de la baie à 7H 15 avec un vent de nord ouest de 20 nœuds ; 30 minutes après le vent tombait rarement en dessous de 22 nœuds : nous avons pris le troisième ris ; hélas en hissant la voile nous avons constaté une grande déchirure du haut de la voile, sous la partie précédemment réparée à Leros. Il a donc fallu affaler la voile et nous sommes donc restés sous foc seul , au prés, bon plein pour rejoindre la baie d'Emporio située au sud de Chios et décrite comme un abri sûr dans un cadre enchanteur . A quelques miles de la baie , un pneumatique de la politia fronteria ( probablement des roumains ) nous a escorté avec les questions et les réponses hurlées ,vu la force du vent . Ils nous ont demandé de freiner , j ai montré la voile . Finalement après avoir pris des photos ils sont repartis . A 12 H nous étions mouillés au milieu de la petite baie . Le vent souffle doucement de toutes les directions et un peu de houle entre , à certains moments nous roulons pas mal .

Le site est beau , la pointe de sud de Chios a des falaises jaunes et au milieu des falaises ,on entre dans cette petite baie par une entrée d'une cinquantaine de mètres de large entre de hauts rochers . Le hameau est une toute petite station balnéaire , ni belle ni laide . Sur le front de mer , il y a 5 restaurants ; en fait Emporio est connu des touristes ( surtout grecs ) par ses 2 plages de galets noirs , adossées aux falaises à l'extérieur de la baie .

Beaucoup de vacanciers viennent donc à la plage , mangent aux restaurants et repartent le soir . Nous avons été voir les plages : pas mal . Le hameau n'a aucun intérêt . Le soir nous avons été rejoints par un voilier allemand , puis nous avons été mangé au restaurant recommandé par le routard : el volcano .Pas mal

Il nous a semblé que le vent faiblissait, alors demain départ pour Chios .

Nb si la mer est toujours assez chaude , l'air est plus frais , enfin par rapport à la grande chaleur précédente!

Jeudi 7 juillet à quai dans la marina de Chios

Nous nous sommes levés avant le soleil , et sommes partis au moteur, bien sur, puisque sans grand voile avec un vent pas trop fort . jusqu'au cap Grelia la mer et le vent ont été agréables , mais ensuite le vent a retrouvé sa force 5 bien tassée .

Heureusement en longeant la cote dans la baie megali , nous avons pu éviter la houle . Nous avons vu plusieurs petits ports abrités sous d'énormes digues Seul celui du cap KatomerI avait un voilier à l'intérieur . Ce coin est assez protégé du vent et de la houle . Nous avons continué contre des vagues de plus en plus grosses jusqu'à la marina ; c'est beaucoup dire marina , car il n'y a que des quais en béton et aucun service ( ni eau , ni électricité ) . Grâce à la gentillesse d'un bateau italien nous avons pu nous mettre le long du quai ; nous avons été d'abord à couple , puis leur bateau s'est avancé et nous nous sommes glissés derrière . Tous les bateaux along side semblent vouloir refouler les arrivants , en laissant des espaces de 10 m entre eux , avec 15 bateaux le quai est plein . On pourrait être 5 de plus .Le port est évidement encombré de petites barques .

L' après midi a été consacrée à la couture pour réparer la voile ( 2 h bien tassées) en espérant que ça tienne le coup jusqu'à notre arrivée à Lesbos

Le vent continue à souffler avec force ( 20 nœuds et plus ) Le meltem étant bien installé pour 2 jours encore Demain nous louerons une voiture pour visiter l'ile profitant de ce meltem très musclé pour découvrir Chios

lundi 11 juillet même place

Chios n'est pas une île , mais une montagne entourée de mer .

Nos 3 jours de visite nous l'ont montré : nous n'avons fait que des routes de montagne , au bord de profonds ravins

Le premier après midi , après avoir récupéré la voiture nous avons visité le sud de l'île autrement appelé" mastichoria" , c'est à dire le village du mastic .Le mastic est une sève qui s"écoule d'une espèce de lentisque ;c' est récolté et sert dans beaucoup de préparations de friandises ; autrefois elle était fournie au harem du sultan ou elle servait de dentifrice . On s'en sert aussi de nos jours pour parfumer l'eau ; disons le franchement ce n'est pas bon . Les arbres à mastic sont de grands arbustes au feuillage vert foncé et sont reconnaissables au plâtre répandu sur le sol autour du pied , ce qui sert à récolter les gouttes de sève tombant du tronc . Finalement il y a assez peu de zones à lentisques et l'essentiel du paysage est encore celui d'une oliveraie .

Les villages du mastichoria sont de petits villages anciens , car ils ont été épargnés par les ottomans ( fournisseurs de mastic au harem )

Le plus connu est Pyrgi à cause de la décoration de ses maisons .Les décorations souvent des figures géométriques sont obtenues d'une façon singulière ; Ils passent d'abord sur le plâtre une peinture de couleur ( souvent noire ) , puis une fois la couche séchée, ils passent une peinture blanche à séchage lent ; avant qu'elle ne sèche ils la grattent pour laisser voir la peinture du dessous en fonction des dessins à obtenir . Pyrgi a beaucoup de maisons assez récentes mais la plupart sont décorées dans le style . Il y a une place ombragée sous l'église avec beaucoup de cafés , mais une seule petite taverne ou nous avons mangé une bonne moussaka.

Les autres villages, Olymbi et Mesta , sont des villages fortifiés moyenâgeux. Les maisons forment un cercle et leurs façades extérieures pauvres en ouverture servent de rempart. A l'intérieur il y a un enchevêtrement de ruelles avec des hautes maisons en pierre de taille et toujours très peu de fenêtres . Les 2 villages sont petits : moins de 500 m de diamètre et se visitent assez rapidement . Olymbi est encore peu touchée par le tourisme si ce n'est les restaurants sur la place centrale . Mesta elle est plus touchée et il y a pas mal de restaurants et quelques boutiques d'artisanat . Mesta a une immense église bien décorée . Au total le village est encore intéressant à visiter avec des ruelles souvent entièrement voutées , les maisons communiquant entre elles par dessus les ruelles ; Heureusement on ne voit pas les toits car ils sont maintenant hérissés d'antennes et de chauffe- eaux solaires , ce qui n'est pas vraiment décoratif .Sur la route du retour nous sommes aussi passés par Vessa , autre vieux village avec les mêmes maisons hautes en pierre , mais cette fois isolées les unes des autres .

Le deuxième jour nous avons pris la route montant sur la falaise et dominant la ville de Chios (panorama magnifique sur la mer jusqu'aux côtes turques) Après de nombreux lacets on arrive à un premier petit monastère Aghios Makrou perché sur un piton rocheux .La porte donne accès à une cour ombragée , à gauche les cellules des moines a droite l'église Nous sommes accueillis par un pope et une dame qui nous font signe d'entrer dans l'église , ou plus exactement dans 3 petites nefs parallèles . L'ambiance de ces petites nefs est mystique et sombre; seul un rayon de soleil les éclaire; il y a bien sur des iconostases en bois richement décorés .

Ensuite nous descendons vers le grand monastère Nea Moni situé lui dans une cuvette . C'est un monastère du XI ème siècle , bien restauré . Il y a une grande église de style byzantin avec de très belles mosaïques enrichies d'or comme à Ste Sophie à Istanbul . L'église est entourée de nombreux bâtiments plus ou moins ruinés qui abritaient les cellules des moines et un réfectoire ou se tenait une très longue table , avec des mosaïques et deux banquettes servant de sièges aux 50 moines , mais comme le temps de repas était court il y avait aussi peu d'espace entre la banquette et la table que dans les sièges d'avions charters. C'est du moins que nous a dit la dame qui s'occupe du petit musée. Il y avait quelques visiteurs en ce samedi matin .

Nous avons ensuite repris la route vers Volissos en sautant la visite du village d'Anavatos ( grosse erreur que nous avons rattrapé le lendemain) . Nous avons rejoint la côte à hauteur du mouillage d'Elinta , baie profonde ou la forte houle du large n'entrait pas ; ( mais le routard dit qu'il y a beaucoup d'abeilles ? ) La route monte et descend à chaque ravine et il y en a beaucoup . Un autre mouillage semble possible au pied d'une tour génoise, la baie Tigani , par contre la houle entre un peu dans la baie Metochi , rendant probablement le mouillage un peu rouleur . Nous sommes arrivés à Volissos, village sur les pentes d'un piton dominé par un château en ruines. Le village ne nous inspirant pas , nous avons été au port de Limnia , assez grand port avec des jetées aménagées pour la plaisance , mais vide à part 2 voiliers et quelques barques de pèche ou de ballades . C'est un bon abri , sur le port il y a un restaurant ou nous avons bien mangé du porc rôti à la broche . Aucun touriste . Depuis Nea Moni nous n'avions vu aucune voiture sur la route .

Après avoir cherché sans la trouver la route vers le nord , prés de la côte nous avons pris la route vers le nord ouest , coté montagne . Les paysages sont fantastiques . La route est à mi hauteur ( environ 550 m ) entre une profonde vallée à l'est et la montagne à l'ouest , elle traverse tantôt des passages assez déboisées , tantôt des oliveraies et des forets de pins . De l'autre cotée de la vallée se dressent les sommets de l'ile ( 1300 m ) avec des falaises calcaires dénudées . Nous sommes passés a coté de petits villages sans intérêt mais beaux à voir de loin , accrochés sur les pentes . En allant vers le nord , la végétation est de plus en plus dense , avec une symphonie de vert , argenté pour les oliviers , sombre pour les pins , éclatants pour les figuiers . Des ifs et des oliviers donnaient un rythme vertical à l'ensemble

. Bref , nous avons été enthousiasmés par cette virée .

Aussi le jour suivant , nous avons fait le tour du nord est de l'ile , cette fois au pied des sommets que nous avions admirés de loin la veille . Au pied de la muraille , il y a ,là encore,des forets de pins et des oliveraies . C'est tout aussi magnifique , en particulier entre les villages de Kamaries et de Viki . Nous avons tenté une marche à pied , mais nous n'avons trouvé qu'une route de 4*4 contournant des champs d'oliviers. A partir de Lagos la route est proche de la mer et en ce dimanche , elle est très encombrée par les locaux qui vont à la plage . Nous avons été jusqu'à Marmaro grande baie et petit port , bien ouverte à la houle du nord . Un petit quai donne un abri de la houle pour un ou deux bateaux .

Nous avons mangé dans la taverne du bord de mer , service familial, avec des gyros ( une première fois en gréce cette année ) copieux et dorés a souhait .

Par peur du monde nous sommes rentrés par la route de montagne passant par Pitios , puis comme nous avions encore un peu de temps nous avons été jusqu'au village d'Anavatos au prix d'un long détour mais cela en valait la peine , le site est grandiose , le village est perché sur un piton rocheux avec des falaises de plusieurs centaines de mètres sur plus de 270 ° ; Le haut du village est abandonné mais sa restauration a commencé et est très bien faite Ce sont de hautes maisons en pierre de taille avec peu de fenêtres dominées par la haute tour carré du château et nous sommes rentrés au bateau .

Toutes ces visites se sont faites sur de belles routes , sauf quand elles traversent un village ; a elles deviennent alors des rues étroites et avec des voitures garées partout , en ne laissant qu'un faible espace pour passer . Nous avons vu très peu de voitures . Comme nous l'a dit ensuite la loueuse de voiture ( une française ) Chios a ses beautés cachées à l'intérieur et n'attire pas les touriste ; les seuls touristes sont des immigrés qui reviennent au pays et aussi quelques touristes turcs venant en voisins puisque la cote turque est à moins de 5 miles .

mardi 12 juillet mouillé dans la baie Marmaro, est de l'île Oinoussa

La météo avait prévu une baisse du vent au cours de la journée .Il a un peu baissé mais moins que prévu . Nous sommes cependant partis avec 18 nœuds , en gardant nos 3 ris pour voir si la couture tenait .Elle a tenu et nous avancions à plus de 6 nœuds .

La direction du vent nous a permis de faire route directe sur l'est Oinoussa et après un court louvoyage nous sommes mouillés dans la baie Marmaro

Oinoussa n'est pas une île très élevée. Elle est bordée à l'est par un fouillis d'îles qui forment un beau paysage avec en arrière plan les hautes montagnes dénudées de la cote turque .

Entre ces ilots , il y a des fermes marines qui ne nous gênent pas .

Il était temps de venir sur cette ile car il commence a y avoir quelques constructions . Dans notre baie il y a un petit quai pour les bateaux des fermes marines.

mercredi 13 juillet à quai a Mandraki le port d'Oinoussaa

Petit étape de 2 miles pour aller jusqu'au port de Mandraki , Nous avons reconnu la grande baie située de l'autre coté du cap par rapport à la baie Marmaro. Elle n' est pas mal , ainsi que la baie juste avant le port ; mais attention , il y a des hauts fonds à 200 m environ au sud des caps ; avec le vent de terre et la bonne lumière on voyait bien les taches vertes , voire brunes .Le port de Mandraki est dans un beau site , au sud il y a 3 iles collineuses avec de grosses chapelles au milieu des arbres . La ville s'étage autour d'un ravin verdoyant avec des maisons colorées tout autour . Le port a été refait et a des vastes quais avec peu de barques de pèche , nous avons pu nous mettre alongside .Il y a des bornes électriques , mais pas alimentées. Aucun accueil , mais rien à payer ! Le soir nous étions 5 voiliers.

Nous sommes montés en haut de la colline en passant par les ruelles de la ville formée de grosse s maisons de béton et pas mal de ruines C'est plus joli de loin que de prés . Jusqu'à la tombée du soleil la ville nous paraissait morte, puis avec le soir les gens sont sortis et le restaurant ou nous avons diné était presque plein , il était bon marché et pas très bon .

Curieusement il y avait pas mal d'ados en groupe dans les rues .

Jeudi 14 juillet mouillage de la baie de Mersinia , cote sud de Lesbos

Notre dernière grande étape s'est faite au moteur avec un vent ne dépassant pas 6 nœuds et de face . Nous somme entrés dans cette très belle baie avec un léger vent de sud qui n'était pas gênant . La baie est encadrée à l'est par une haute falaise et à l' ouest par des collines couvertes d' oliviers ;au fond une grande plage avec 2 maisons entourées de jardins fleuries et une petite chapelle blanche ; la vallée est également couverte d'oliviers qui montent jusqu'en haut des collines C'est très beau .

Après des bains , nous avons une petite promenade sur une route de 4*4 jusqu'à la crête nous séparant de la baie Tardi , également très belle .

Aucun voilier dans ces 2 baies , juste un caïque qui est resté le temps de déjeuner .

La nuit a été un peu rouleuse , car sans vent le bateau se met en travers de la très faible houle mais cela ne nous a pas empêché de dormir .

Vendredi 15 juillet mouillage du cap Kalovero, entrée du golfe de Geras ,Lesbos

Comme nous n'avions plus de pain nous avons été à Skala Loutra , petite port au débouché de l'entrée du golfe de Geras ; il y a un quai accostable pour les voiliers , mais nous avons préféré rester au mouillage devant l'ancienne usine , transformée en hôtel mais fermé semble t il . Tout ce petit port semble somnolent à part une activité bruyante au chantier naval Heureusement nous avons trouvé du pain au café sur le port .Nous avons envisagé d'y manger mais nous avons renoncé car il n'y avait personne .

Nous avons marché un peu en direction de la ville mais il faisait très chaud et avons fait demi tour avant d avoir atteint la ville .A part la chaleur ,le chemin était agréable entre des jardins bien cultivés et des oliveraies .Puis comme le chantier était bruyant , nous sommes allés nous mouiller dans une anse sous le cap Kalovero , beau mouillage avec une petite plage bordée de d'oliviers et de peupliers, et en face l'entrée du golfe .

Dans l'après midi quelques familles sont venues se baigner .

L'eau est à 30 ° !!

Les fonds sont de sable dur de bonne tenue et de posidonies rachitiques .

Samedi 16 juillet , à quai à la marina de Mytilène .

Après une matinée à flemmarder et à se baigner, nous sommes partis avec un petit vent d'ouest . Au passage du cap le vent est monté jusqu'à 17 nœuds sur une mer parfaitement plate puis est retombé ; mais nous avons continué à la voile jusqu'à la marina avec des rafales jusqu'à 4 nœuds !

Nous sommes maintenant amarrés au quai sud et nous avons commencé le rangement des voiles

Pour finir cette croisière nous avons diné au restaurant de la marina , qui est presque gastronomique .

Malgré le prix assez cher pour la Grèce ( 60 euros à 2, vin et café compris ), il était plein, c'est un lieu fréquenté ,semble t il, la bourgeoisie lesbiote .

Dimanche 17 juillet

Nous avons finalement loué une voiture comme le rangement du bateau est bien avancé . Nous avons été jusqu'à Erresos, plage de la cote sud est . A l'aller nous sommes passés par Antissa ; jusqu'à ce village on traverse une région de moyenne montagne couverte d'oliviers . Ensuite ce sont toujours des collines très hautes , mais pelées, résultat des volcans dont l'activité a recouvert la foret primitive formant ainsi des arbres pétrifiées . .Le paysage est magnifique . La plage de Skala Eressos était très fréquentée , pas seulement par des lesbiennes comme le prétendent les guides mais aussi par des grecs en vacances, des familles.... Nous y avons mangé, correct..

Avec un vent de sud ouest , la baignade ne devait pas etre très agréable car il y avait de petites vagues , et la plage est en galets .

Nous sommes revenus par la route sud qui après avoir fait beaucoup de lacets dans la montagnes arrive au golfe de Kalloni . Nous avons pris un rafraichissement à une petite taverne du port d'Apotekes , ou nous avions fait un beau mouillage l'an passé . Le village était vide mais c'étaient les heures chaudes et l'heure de la sieste.

Lundi 18 juillet

Encore une bonne journée de visite .Nous avons d'abord pris la route de la côte vers le nord jusqu'au monastère des taxiarches . C'est un grand monastère tout en pierres de taille , brunes et ocres , ce qui donne à l'ensemble un air de forteresse .Il y avait beaucoup de monde dans l'église, des grecs venus embrasser les icônes; ils commencent par approcher les lèvres , puis le nez , puis le front et se signent ensuite de bas en haut. Il y a des vieux , mais aussi des jeunes ; un monsieur d'une cinquantaine d'années a embrasse toutes les icône de l'église en faisant le tour de la nef ,il y en a au moins une vingtaine .La plupart des gens se contentaient de 3 ou 4 icônes , à la sortie ils déposent de petits papiers ou ils ont écrit , probablement un souhait .

L'église elle même est hideuse , un rococo pas beau ,à l'exception de quelques belles icones !

Ensuite nous avons pris la route de montagne qui sinue sur le flanc de la montagne profitis elias . C'est une région volcanique , avec de petits pitons et des pitons de basalte; curieusement c'est une région d'élevage de bovins avec de grandes fermes entourées de silos , et pourtant il y a peu d'herbages !

Nous sommes passés par le petit village de Pelopi , petit bourg en pierres de taille, sombres.

Le bourg est traversé par un torrent ou coule encore un peu d'eau , il doit y avoir de nombreuses sources car partout courent des tuyaux . C'est mignon .

Nous avons été déjeuné à Volissos , dans un resto installé dans une ruelle et surplombant la mer et le port C'est toujours aussi joli et assez peu fréquenté et nous sommes rentrés au bateau

Demain c'est notre dernier jour qui sera consacré au bateau ,rangement et préparations des sacs . C'est moins drôle!

de Samos à Lesbos
Partager cet article
Repost0

commentaires

Genevieve Bobillon 19/07/2016 17:12

Quel périple! Ça fait rêver!!!
Plein de bisous
Gene